Divertissement

Le récit d'une partie de chasse en 1928 0

Sabrina Fontaine
Avec son livre Souvenirs de chasse.dans le Maine, Jean Lacroix rapporte le récit de la partie de chasse d une Belge sur le territoire du Maine en 1928.

Avec son livre Souvenirs de chasse.dans le Maine, Jean Lacroix rapporte le récit de la partie de chasse d une Belge sur le territoire du Maine en 1928.

Ils sont nombreux en cette période de chasse à traquer le gibier un peu partout au Québec. Certains auront probablement une histoire de chasse à raconter. Jean Lacroix vous propose, pour sa part, le récit d'une partie de chasse qui s'est déroulée dans le Maine en 1928.

Passionné d'histoire et s'intéressant à tout ce qui touche l'exploitation forestière, Jean Lacroix de Saint-Benoît découvre, il y a cinq ans, l'existence d'Annette Cogels de Belgique, la belle-fille par alliance d'Henri Séverin Béland, ancien maire de Saint-Joseph et député de Beauce.

Dans ses recherches, Jean Lacroix réussit à mettre la main sur le journal de Mme Cogels dans lequel elle raconte son passage sur le continent américain.

«Elle était venue dans le Maine en novembre 1928 pendant six jours pour participer à une partie de chasse. Elle écrivait ce qui se passait et ce qu'elle voyait à tous les jours dans son journal», raconte Jean Lacroix.

«C'était tellement intéressant que j'ai décidé de rééditer ce qu'elle avait écrit, car ça parle des chantiers forestiers et des gens d'ici. Je trouvais regrettable que ça vire en poussière et tombe dans l'oubli», mentionne-il.

Un séjour dans le Maine

Publié en Belgique en 1929 par la maison d'édition La Grande Librairie, aujourd'hui disparue, le journal décrit comment les gens vivaient à cette époque dans les profondeurs du bois, comment Annette Cogels tuait le gibier ainsi que les opérations forestières de la compagnie Madawaska.

Dans son journal, Annette y décrit même son passage en Beauce. «On peut lire qu'elle part de Québec en train et passe par Saint-Georges pour se rendre jusqu'au Lac-Frontière qui comptait 3500 habitants à l'époque», raconte Jean Lacroix.

«Au fil de mes recherches, j'ai découvert que beaucoup de gens sont partis travailler dans le Maine dans ces années-là et ne sont jamais revenus en Beauce», rapporte-t-il.

Titrée Souvenirs de chasses.dans le Maine, la réédition du journal d'Annette Cogels a nécessité cinq ans de travail à Jean Lacroix qui avoue avoir multiplié les coups de téléphones en Belgique à plusieurs reprises.

Dans sa version, Jean Lacroix a pris soin d'agrémenter le journal de plusieurs photographies dénichées ici et là et de les commenter suite à ses recherches.

«J'aurais aimé avoir des photos prises par Mme Cogels. J'ai fouillé pendant deux ans. J'ai pratiquement viré la Belgique à l'envers pour cela, mais je crois que tout a été détruit», raconte Jean Lacroix qui est parvenu toutefois à obtenir une photographie d'Annette par le neveu de cette dernière.

Pour se procurer la nouvelle version du journal d'Annette Cogels, écrivez au jeanmlacroix@aol.com.