Les organisations locales jubilent

Publié le 3 février 2017

Les motoneigistes pourront pratiquer leur sport préféré sans s'inquiéter des sentiers fermés.

©Photo: TC Média - Archives

Les clubs de motoneige et de quad, ainsi que les gens d'affaires de Chaudière-Appalaches, se sont évidemment réjoui de l'annonce du gouvernement au sujet de l'abandon de la réforme de taxes foncières, ce qui met fin à la menace de blocus des sentiers.

Aurèle Rodrigue du Club Motoneige Beauce-Frontenac se dit satisfait du dénouement. L'incertitude et l'appréhension chez les membres et les amateurs de motoneige se faisaient visiblement sentir au cours des dernières semaines.

«Nous sommes bien contents que ce soit réglé et je crois que les membres le seront aussi. Je recevais beaucoup d'appels à la maison, de 10 à 15 par jour, pour demander de l'information, notamment de gens de l'extérieur qui voulaient venir faire de la motoneige ici et ils ne savaient pas si ce serait fermé.»

Vicky Aubé du Club de motoneige Bellechasse précise qu'aucun producteur de son territoire n'avait indiqué vouloir refuser l'accès à ses terres jusqu'à maintenant. La nouvelle est tout de même accueillie avec satisfaction. «Notre mot d'ordre était de continuer à offrir la meilleure qualité de sentiers possible, car il aurait été pensable que les motoneigistes auraient continué sur ceux qui étaient accessibles.»

Milieu des affaires

Les gens d'affaires ont aussi reçu positivement l'annonce du ministre Lessard. Vicky Langlais est concessionnaire du volet restauration au relais du club à Saint-Vallier. «Il y avait beaucoup de questions. Cela aurait diminué mon achalandage, c'est certain, car la très grande majorité de mes clients sont les motoneigistes. L'an dernier n'avait pas été facile et le début de l'hiver était prometteur jusqu'à maintenant.»

Fabien Lacorre du Manoir de Lac-Etchemin jubilait lorsque TC Media Nouvelles lui a appris la nouvelle. Les motoneigistes représentent près de 80 % de sa clientèle en hébergement pendant l'hiver. «Très bonne nouvelle, car nous recevions énormément d'appels de clients américains qui souhaitaient une mise à jour du dossier. Plusieurs hésitaient à réserver et d'autres songeaient à annuler leur réservation. On pourra maintenant communiquer avec eux pour les prévenir.» Il ajoute que non seulement la clientèle de nos voisins du sud est importante, elle est aussi fidèle. «Ce sont des gens qui demeurent plusieurs jours alors j'étais vraiment inquiet.»

Un texte de Claudia Fortier et Éric Gourde