Maxime Bernier est le candidat conservateur le plus populaire

Frédéric Desjardins frederic.desjardins@tc.tc
Publié le 5 janvier 2017

Maxime Bernier croit toujours en ses chances de diriger le Parti conservateur.

©TC Media - Hubert Lapointe

Maxime Bernier est le premier candidat à avoir amassé un million de dollars en dons dans la course à la chefferie du Parti conservateur. Plus de 5000 personnes ont offert leur soutien.

Au-delà de l’importance du montant amassé, le député de Beauce a recueilli des fonds à différents endroits au Canada comparativement à ses adversaires.

Selon une étude de CBC, le soutien des membres envers Maxime Bernier est réparti principalement dans les provinces de l’Ontario (38 %), l’Alberta (21 %), la Colombie-Britannique (16 %) et du Québec (15 %).

Dans cette course, le système de votation pour accéder à la victoire donne un poids égal à toutes les circonscriptions, qu’importe le nombre de membres. En comparaison, les candidats Kellie Leitch et Michael Chong ont recueilli 66 et 87 % de leurs dons des membres en Ontario.

«Ça montre que des gens de partout au Canada sont en accord avec mes idées de liberté, responsabilité, équité et respect. La campagne n’est toutefois pas finie», rappelle Maxime Bernier.

Thèmes récurrents

S’il a déjà présenté plusieurs éléments de son programme, les thèmes de la gestion de l’offre et de la taxe sur le carbone reviennent davantage dans son discours.

«Ce sont des thèmes où je me distingue des autres candidats. Je suis le seul à dire qu’il faut abolir la gestion de l’offre. Je ne veux pas non plus d’une taxe sur le carbone qui nuira au développement de l’économie», dit-il.

O'Leary et Trump

L’homme d’affaires Kevin O'Leary est toujours pressenti pour se lancer dans la course. Ancien dragon de l’émission «Dragon’s Den» à CBC, celui-ci a confirmé qu’il n’apprendrait jamais le français comme futur chef du parti.

«Contrairement à d'autres candidats, j'accueille favorablement la concurrence et je n'ai pas peur de Kevin O'Leary. Ça amènera plus d’idées lors des débats et les électeurs auront un choix plus grand de candidats. Par contre, j’estime que le prochain chef doit être bilingue pour comprendre tous les Canadiens», précise Maxime Bernier.

Ce dernier souhaite toujours une baisse des impôts des entreprises afin de contrer les futures politiques économiques de Donald Trump. «Il faut éviter la fuite des capitaux et des cerveaux et attirer plus d’investisseurs privés», pense-t-il.

Ritournelle ?

À l’émission de fin d’année d’Infoman, le député beauceron a mentionné que son équipe travaillerait sur une ritournelle publicitaire comme celle créée pour l’élection fédérale en 2015.

«On est encore dans l’incertitude de le faire, mais c’est certain que ce serait très drôle», avoue Maxime Bernier.

Le prochain chef sera connu le 27 mai. D’ici là, trois débats auront lieu entre les candidats, dont une joute en français le 17 janvier à Québec. Maxime Bernier dévoilera également ses positions sur la politique extérieure et les relations avec les autochtones.