Saint-Isidore et Saint-Côme vont vers l'option la plus économique

Changement de système de réfrigération des arénas


Publié le 18 mai 2017

L'aréna de Saint-Côme fera l'objet d'importants travaux.

©TC Média - Jean-François Fecteau

L'aspect environnemental a été délaissé par les municipalités de Saint-Isidore et de Saint-Côme-Linière pour supplanter le fréon qui appauvrit la couche d'ozone comme système de réfrigération de leur aréna respectif. Ces localités ont opté pour un gaz synthétique 573 fois plus polluant que des réfrigérants naturels comme le CO2 et l'ammoniac.

Depuis avril, les travaux de près de 2 M$ sont amorcés au Centre municipal de Saint-Isidore afin de moderniser l'infrastructure construite en 1978. D'ici le 1er août, le système de réfrigération de l'aréna utilisera le gaz synthétique HFO R513-A. Cette troisième génération de réfrigérant est crainte pour son impact sur la qualité de l'air et de l'eau par les groupes environnementaux Greenpeace et Noé 21 ainsi que CIMCO, un important joueur du marché, qui préconise les réfrigérants naturels qui sont plus efficients.

Réal Turgeon, maire de Saint-Isidore.
TC Media – Archives

Le maire de Saint-Isidore, Réal Turgeon avance «qu'il y avait une question de coût, de disponibilité d'espace de la salle mécanique et d'une foule d'autres facteurs que nous devions considérer. Quant à l'ammoniac, nous n'étions pas très chauds à l'idée. Nous étions frileux des impacts de l'ammoniac en cas de bris. C'est assez nocif.»

La municipalité de Saint-Côme-Linière utilisera aussi le HFO R513-A lors de ces travaux de remplacement de système de réfrigération qui se dérouleront en 2018. Le maire de cette localité, Yvon Paquet, affirme que l'environnement n'a pas été le premier souci du conseil pour ce projet. «Nous n'avons pas été vraiment sensibilisés à cet effet. C'était l'ingénieur responsable du projet qui nous a suggéré ce type de réfrigérant selon la condition de notre aréna et notre capacité de payer comme municipalité», suggère ce dernier.

L'utilisation de ce réfrigérant synthétique permettait à la municipalité d'éviter l'agrandissement de sa salle mécanique et contenir les coûts de modernisation de son aréna à un peu plus d'un million de dollars.

Notons que ces deux municipalités sont éligibles à des subventions du ministère de l'Éducation, des Loisirs et du Sport (MELS).

Ailleurs en Beauce

À recherche de subventions pour ériger un nouvel aréna, le maire de Saint-Prosper, Richard Couët, constate que l'arrivée des réfrigérants synthétiques sur le marché crée une pression sur les concepteurs de solutions de réfrigération afin de rendre l'ammoniac plus abordable.

Le maire de Saint-Prosper, Richard Couet,
Serge Lamontagne

«Si ça me coûte 300 000 $ de moins pour avoir un système de réfrigérant de synthèse au lieu de celui à l'ammoniac, je regrette, mais je vais aller vers un système de synthèse. Ici, je n'ai pas besoin d'une qualité de glace de la Ligue nationale de hockey. Il faut répondre au besoin de la clientèle», insiste M. Couët.

Avec l'interdiction du fréon dans les systèmes de réfrigération des arénas et centres de curling au Québec d'ici 2020, mentionnons que les localités de Sainte-Marie, de Beauceville et de Lac-Etchemin ont préconisé l'ammoniac tandis que Saint-Gédéon et Saint-Georges ont préféré le CO2.

À lire aussi: