Sections

Des citoyens s'opposent à la fluoration de l'eau à Saint-Georges


Publié le 4 mai 2017

Les opposants à la fluoration de l'eau à Saint-Georges.

©TC Média - Jean-François Fecteau

Une nouvelle démarche citoyenne pour cesser la fluoration de l'eau à Saint-Georges est en cours. Accompagné de résidents et de la Coalition Eau Secours, le porte-parole de l'initiative, Martin Doyon, a fait un point de presse devant l'hôtel de ville le 4 mai dernier.

Il souligne que la Ville de Saint-Georges est allée à contre-courant en ajoutant du fluorure de sodium dans son eau potable en 2012. Tant au Québec qu'en Europe, les municipalités abandonnent cette pratique en raison de son inefficacité à combattre la carie et ses problèmes de santé publique. «C'est une mauvaise idée. Il reste seulement quatre municipalités au Québec, qui font la fluoration de l'eau. Je me demande toujours pourquoi Saint-Georges fait toujours partie de ces municipalités», souligne M. Doyon. Saint-Romuald, Dorval et Châteauguay sont les seules autres villes qui fluoration de l'eau.

Mireille Guay, ayant un doctorat en chimie organique, souligne que ses recherches indiquent que l'eau fluorée ne protège pas les dents. De plus sa consommation est fortement déconseillée pour les personnes vulnérables, atteintes de cancer, de diabète et de problèmes rénaux. «La Ville doit fournir de l'eau potable pour tout le monde. De plus, la fluoration de l'eau a été prouvée comme une mesure inutile», affirme une militante de Sherbrooke venue spécialement pour l'occasion.

«Appuyez-nous pour qu'on se débarrasse du fluor le plus tôt possible. Il y a des citoyens qui achètent des bouteilles d'eau donc ils paient en double pour de l'eau potable», déplore M. Doyon.

L'initiative avait échoué en 2013

Un citoyen de Saint-Georges, Mathieu Lacroix, avait pourtant initié une démarche similaire en juillet 2013, mais sans l'aide de la Coalition Eau Secours. L'ancien conseil municipal, mené par François Fecteau, n'avait pas donné suite à sa pétition de près de 400 noms. «Le fluor, c'est un poison. Le fluor est imposé dans notre eau et ça va à l'encontre des droits fondamentaux de la personne. De plus, la Ville ne peut contrôler les quantités ingérées par les gens», rappelle M. Lacroix qui espère que le conseil entendra raison cette fois.

De l'aide de Coalition Eau Secours

Pour convaincre le conseil municipal, M. Doyon peut compter sur l'appui de 150 citoyens, mais aussi de la Coalition Eau Secours ayant aidé plusieurs démarches similaires partout au Québec.  «Depuis 2000, il y a 19 luttes contre la fluoration de l'eau qui s'est conclue par une victoire dont Montréal, Québec et plus récemment à Trois-Rivières en 2016. Nous finissons toujours par gagner.  Cette mesure n'a aucune acceptabilité sociale. C'est une question de temps que la municipalité flanche», croit Alice-Anne Simard, directrice générale de la Coalition.

Au cours des prochaines semaines, le groupe fera connaître les impacts néfastes de la fluoration de l'eau auprès de la population. «Il y aura une réunion d'information publique à ce sujet. Ensuite il y aura des représentations devant le conseil municipal», lance M. Doyon.

 Ce dernier dit avoir déjà sensibilisé la plupart des élus ainsi que le maire de Saint-Georges, Claude Morin, qui semble avoir démontré de «l'ouverture» à ce sujet.

Pour plus d'information, une page Facebook appelée « St-Georges sans fluor » a été créée.