L’Aube Nouvelle se dote d’une chambre de soins palliatifs


Publié le 15 février 2017

La résidence pour aînés Aube Nouvelle de Saint-Victor vient de se doter d’une chambre de soins palliatifs afin que ses résidents puissent y finir leurs jours en compagnie de leur famille.

Pour cette résidence, qui accueille des personnes autonomes, semi-autonomes et non autonomes où la moyenne d’âge est de 87,8 ans, il était nécessaire de pouvoir offrir un service supplémentaire pour les patients en fin de vie. «On a une moyenne d’environ 20 décès par ans», mentionne la directrice de la Fondation Aube Nouvelle, Sylvie Nolet. Aucune des chambres n’était adaptée pour offrir un hébergement aux proches voulant accompagner une personne en fin de vie.

Même si le besoin était présent, la résidence, qui est aussi un organisme à but non lucratif ne bénéficiant d’aucune subvention gouvernementale, n’en avait pas les moyens. Après un an de travail afin de bien ficeler le projet et des appuis de la communauté et de nombreuses entreprises à la hauteur de 20 000 $, la nouvelle chambre de soins palliatifs, construite au coût de 25 000 $, a vu le jour. La chambre comprend une cuisinette, une salle de bain complète privée, ainsi qu’un espace salon avec divan-lit pour la famille.

Mme Nolet ajoute que tous les employés, 11 infirmières auxiliaires et 14 préposés, ont été formés en accompagnement en fin de vie. Des professionnels de la Maison Michel Sarrazin de Québec ont effectué ces formations. De plus, des prêtres et des religieuses sont sur place pour accompagner la personne en fin de vie et ses proches.

Service aux résidents et à la population

La chambre a été bénie le 23 décembre dernier lors d’une journée porte ouverte. Malheureusement, le premier décès est survenu peu de temps après la période des Fêtes.

Le service est offert sans coût supplémentaire aux résidents de l’Aube Nouvelle. Cependant, si la chambre est libre, il est possible d’accueillir un patient en fin de vie si celui-ci respecte certaines conditions comme d’avoir un pronostic de moins d’un mois à vivre et que le médecin de famille et la famille acceptent de faire le suivi à la résidence. À ce moment, le coût est de 82 $ par jour, explique Sylvie Nolet.

L’Aube Nouvelle offre pour tous ses résidents les services de médecin, d’infirmière et de préposé aux bénéficiaires 24 heures sur 24, ainsi que les services alimentaires, de buanderie, d’entretien ménager ainsi que de pastorale. Au total, l’établissement accueille une centaine de résidents dont les chambres sont réparties sur cinq étages. Il existe des chambres pour une, deux ou trois personnes.