Sections

Des pierres tombales abandonnées dans un boisé à Saint-Benoît-Labre


Publié le 22 juin 2017

Les pierres tombales et autres débris ont été trouvés sur un terrain adjacent au cimetière.

©TC Média - Jean-François Fecteau

Le conseil municipal de Saint-Benoît-Labre souhaite le retrait de deux monuments funéraires laissés à l'abandon sur un de ses terrains longeant le cimetière géré par la fabrique. Un citoyen a alerté les autorités de la présence de ces pierres tombales qui s'y trouvent depuis au moins une vingtaine d'années.

On retrouve plusieurs objets dans le boisé comme ces vieilles fleurs artificielles.
TC Média - Jean-François Fecteau

La mairesse de la municipalité, Carmelle Carrier, a confirmé au journal que le conseil souhaite obliger la fabrique de récupérer à ses frais ces monuments se trouvant sur le terrain en pente et boisé. «Nous allons mandater les représentants de la fabrique pour qu'il nettoie le boisé et retire toutes les choses qui ne sont pas appropriées sur le terrain de la municipalité», a commenté la mairesse qui ignore depuis quand et pourquoi ces pierres ont été disposées.

La résolution était à l'odre du jour lors d'une séance extraordinaire le 19 juin dernier.

Un citoyen répugné

Voici un monuments funéraires d'une pionnière de la municipalité.
TC Média - Jean-François Fecteau

Le citoyen en question, Pierre Baillargeon, visitait la tombe de sa mère lorsqu'il a fait la découverte de ces pierres tombales ainsi qu'une dizaine de monuments funéraires en bois qu'il souhaite restaurer. Depuis quelques semaines, il fait pression sur les diverses autorités (municipalités, fabrique et diocèse) pour que l'on restaure ces monuments et les remette à leur place, dans le cimetière. «Pour les Amérindiens, un cimetière c'est sacré, on dirait qu'à Saint-Benoît, ça ne l'est pas», déplore-t-il.

Aux dires de certaines sources et de M. Baillargeon, deux anciens curés résidents à Saint-Benoît-Labre auraient ordonné la disposition de ces monuments dans les années 1990.

Rappelons toutefois que M. Baillargeon est cet individu qui voulait lancer une coopérative pour construire une résidence pour personnes âgées à Saint-Benoît à même les terrains de la fabrique. Cette dernière avait refusé de lui céder la propriété pour un dollar. Se faisant trop insistant auprès des membres de la fabrique et de la paroisse Notre-Dame-des-Amériques à La Guadeloupe depuis le refus, il a même reçu une mise en demeure de celle-ci.