Sections

Clément Poulin est une inspiration pour les grands brûlés


Publié le 27 septembre 2017

Clément Poulin aurait pu mourir lorsque sa maison a pris feu le 7 novembre 2014. Malgré des brûlures encore visibles, il est prêt à relever de nouveaux défis.

La nuit de l’incendie, Clément Poulin était couché sur le divan lorsque le feu l’a réveillé. «Les flammes grimpaient jusqu’au plafond. Sur l’adrénaline, je me suis lancé dans le feu vers la porte arrière pour me réfugier dans mon véhicule. Je me rappelle avoir perdu connaissance dans l’ambulance», se souvient-il.

Il est resté 12 jours dans le coma. C’est là que les médecins ont fait des greffes de peau en s’assurant qu’il ne brûlait pas dans ses organes internes.  

Andrée Légaré, conjointe de Clément Poulin

Transféré à l’Hôpital l'Enfant-Jésus de Québec, ce dernier était très mal en point. «Il est resté 12 jours dans le coma. C’est là que les médecins ont fait des greffes de peau en s’assurant qu’il ne brûlait pas dans ses organes internes», précise sa conjointe Andrée Légaré.

Réhabilitation

Clément Poulin a porté des vêtements spéciaux pour les grands brûlés.
TC Media - Frédéric Desjardins

Clément Poulin a été brûlé au troisième degré sur 25 % de son corps. Le thorax, l’oreille droite, le visage, le cou, la main et la jambe droite sont restés marqués par le feu.

Après un mois à l'hôpital de l’Enfant-Jésus, Clément Poulin est demeuré sept mois à l'Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ) où il a effectué des exercices pour réapprendre de simples gestes.

«J’avais de la misère à tenir un crayon. J’ai porté un masque et des vêtements spéciaux 23 heures sur 24 jusqu’en octobre 2016. Malgré ça, j’ai vu des cas pires que moi là-bas. J’avais de l’empathie et je voulais donner un coup de main», dit-il.

Suivant 13 autres mois de réhabilitation au CSSS de Beauceville, celui-ci est revenu habiter à Saint-Georges en novembre 2016 dans une maison sur le terrain adjacent à son ancienne demeure.

«Ça a été une véritable corvée avec plein de monde. Les amis et la famille ont travaillé très fort et c’était important pour moi de contribuer», mentionne-t-il.

Partager

L’amour entre Clément Poulin et Andrée Légaré s’est renforcé dans les épreuves.
TC Media - Frédéric Desjardins

Faisant fi du jugement des autres, Clément Poulin vit bien avec sa condition. Pourtant, après un accident de voiture le 2 novembre 1996, il avait déjà développé des douleurs chroniques tellement intenses qu’il a abandonné son métier de soudeur-assembleur et traitait son mal avec de fortes doses de morphine.

Grâce à l’IRDPQ, il a éliminé sa dépendance à cet antidouleur. De plus, ses douleurs chroniques ont disparu. «Si je ne m’étais pas brûlé, ça aurait continué et je serai peut-être mort de ça. J’ai été sauvé deux fois», pense-t-il.

Impliqué dans l’Association des grands brûlés F.L.A.M., Clément Poulin retournera bientôt travailler comme accompagnateur pour les gens malades.

«Même si j’accepte ma situation, ça aurait été beaucoup plus difficile sans ma blonde», admet-il.

Clément Poulin a participé au 5 km à la BeauceRUN en 2016.
TC Media - Frédéric Desjardins

Andrée Légaré a d’ailleurs souffert d’un cancer du sein en 2016. Totalement guérie, elle a emménagé avec Clément après quatre ans de fréquentations.

«On voudrait maintenant adopter un jeune de la DPJ. Ce serait notre façon de donner au suivant et de comprendre sa souffrance, étant donné que nous avons souffert aussi», conclut-elle.