Sections

Arts de la rue : un marathon de peinture en cours au centre-ville


Publié le 26 juillet 2017

Le concepteur visuel, Christian Caron est à l'oeuvre.

©TC Média - Jean-François Fecteau

Depuis le 21 juillet, l'artiste Christian Caron et son adjointe, Geneviève St-André, sont à l'œuvre sur la 1re Avenue de Saint-Georges dans le cadre de la troisième édition des Arts de la rue. Ils ont jusqu'au 6 août pour compléter la murale rendant hommage au «Centre-ville» georgien, sur la façade nord du commerce Place Bureau.

L’œuvre de 12 pieds de hauteur par 75 pieds de largeur mettra en valeur les passerelles, la rivière Chaudière, l’édifice Canam et les cyclistes. Puisque la murale est produite sur le mur de Place Bureau, celle-ci fera également allusion au monde du jeu et des enfants avec un cube Rubik, et une pièce d'échecs, le chevalier. «Le cube Rubik est le jeu le plus connu et le plus vendu sur la planète. J'ai mis le chevalier pour faire un clin d'œil à Saint Georges terrassant le dragon», explique M. Caron qui est le concepteur visuel.

Il es possible de voir l'avancement des travaux sur Facebook.
TC Média - Jean-François Fecteau

Pour cette troisième édition, le comité organisateur du concours a fait appel aux membres d’Artistes et artisans de Beauce afin qu’ils présentent des projets. M. Caron est fier d'avoir été sélectionné afin d'embellir le centre-ville. «L'idée de l'art public est le même principe du dicton: si la montagne ne vient pas à toi, va à la montagne. Ça démocratise l'art», souligne celui qui peindra la murale pendant ses deux semaines de vacances.

L'artiste de Saint-Georges est un habitué des fresques murales. Il en a peint une au Centre d’hébergement Champlain-de-L’Assomption. De plus, il a été le coordonnateur artistique des deux premières éditions des Arts de la rue. La première édition avait permis de repeindre les piliers du viaduc Josaphat-Poulin, qui enjambe la 120e Rue, ainsi que l'un des murs de Style Musique situé aussi sur la 1re Avenue.

Mentionnons qu'il est possible d'admirer l'évolution du projet sur place ainsi que sur la page Facebook «Les arts de la rue St-Georges».