Sections

India Desjardins écrit un livre sur le cancer pour Emma Veilleux


Publié le 27 septembre 2017

Emma Veilleux a reçu une copie du livre illustré en primeur.

©TC Media - Frédéric Desjardins

L’auteure India Desjardins a publié récemment un livre illustré dont le thème a été suggéré par Emma Veilleux, une jeune femme de Saint-Jean-de-la-Lande.

En 2010, Emma Veilleux a été diagnostiquée d’une leucémie. Alors âgée de dix ans, elle a subi des traitements de chimiothérapie pendant deux ans pour vaincre cette maladie.

Même si j’avais le système immunitaire à plat, je voulais vivre. Je lisais beaucoup les livres d’India, comme la série d’Aurélie Laflamme.

Emma Veilleux  

«Même si j’avais le système immunitaire à plat, je voulais vivre. Je lisais beaucoup les livres d’India, comme la série d’Aurélie Laflamme», se rappelle Emma.

En avril 2011, elle obtient une rencontre personnelle avec India Desjardins avant que celle-ci donne une conférence à la bibliothèque de Saint-Georges. «Je lui avais demandé d’écrire une histoire sur le cancer qui finit bien avec de l’amour à la fin. Je pensais que ça donnerait de l’espoir aux gens malades et aux proches», avoue Emma.

Touchée par cette demande, India Desjardins a écrit un récit publié en 2011 sur Zone d’écriture, un site web appartenant à Radio-Canada.

Dans «Une histoire de cancer qui finit bien», l’auteure parle d’une adolescente de 15 ans qui, après ses traitements, a rendez-vous avec son médecin pour connaître son état de santé. Elle se remémore ses souvenirs et moments difficiles, avec une conclusion positive en fin de parcours.

India Desjardins avait été touchée par la demande d’Emma d’écrire une histoire sur le cancer qui finit bien.
Gracieuseté

«Je voulais qu’elle puisse le lire le plus vite possible. Je suis ouverte aux idées des jeunes pour écrire mes récits. Comme j’ai peur du cancer, ça m’a aussi permis d’illustrer une autre réalité», explique India Desjardins.

Du web au livre

L’histoire d’India Desjardins a été beaucoup partagée sur le web avant que Radio-Canada ferme son site en 2013.

«Ma mère me disait constamment que je devais publier cette histoire. En rencontrant mon éditeur, j’ai vu les illustrations de Marianne Ferrer. J’ai proposé un projet avec elle et ça a fonctionné», mentionne India Desjardins.

Ayant eu une copie du livre illustré en primeur, Emma Veilleux a été touchée à nouveau par l’histoire, agrémentée cette fois par des images.

Emma Veilleux avait toujours gardé espoir de guérir de la leucémie.
Gracieuseté

«J’ai pleuré en voyant les illustrations de Marianne. On aurait dit des photos de moi pendant ma maladie tellement c’était réel», précise-t-elle.

L’espoir dégagé par «Une histoire de cancer qui finit bien» a influencé India Desjardins dans ses autres démarches d’écriture. «Emma m’a faire voir les choses différemment. Je veux me définir avec des histoires qui finissent bien», confirme India.

Quant à Emma Veilleux, maintenant âgée de 18 ans, elle déménagera à Sherbrooke l’an prochain pour étudier en Techniques de santé animale, une autre de ses passions.

«Je n’ai pas peur que le cancer revienne. J’ai conservé mon cœur d’enfant. Je regarde encore des films de Walt Disney et des albums pour enfants. J’ai gardé contact avec India et c’est sûr que je lirai ses prochains livres», dit Emma.

L’espoir dégagé par «Une histoire de cancer qui finit bien» a influencé India Desjardins dans ses autres démarches d’écriture.

©Gracieuseté - Stéphanie Picard