Agressions sur deux adolescentes : 23 mois de prison pour Daniel Turcotte


Publié le 16 mai 2017

Daniel Turcotte

©TC Media – Hubert Lapointe

C'est vraisemblablement sans le moindre remord que Daniel Turcotte, 63 ans de Saint-Romuald, purgera sa peine d'incarcération ferme de 23 mois. La sentence a été rendue le mardi 16 mai dernier au Palais de Justice de Saint-Joseph par le juge Jean Asselin.

En effet, les rapports présentenciel et sexologique au dossier font mention d'une faible capacité d'introspection, d'une déresponsabilisation, et même d'une tendance à culpabiliser les victimes.

Rappelons qu'il a agressé une adolescente de 16 ans, soit une élève de son école de karaté, entre décembre 1992 et juin 1993 à Saint-Georges. De plus, entre octobre 1993 et juin 1994, il avait eu des dizaines de rapports sexuels complets avec une adolescente de 13 ans, soit la fille d'une ancienne conjointe.

Selon l'accusé, ce sont les adolescentes qui avaient initié lesdits rapports. Quant à M. Asselin, il est clair que l'homme a abusé de son autorité pour profiter des deux jeunes filles. « L'évaluation sexologique mentionne qu'il a agi par opportunisme. […] S'il y a une tolérance à laquelle une société ne doit jamais s'émanciper, c'est bien celle des crimes sexuels sur les enfants », a prononcé M. le juge.

Quant aux plaignantes, les agressions auraient eu différents impacts, dont la perte de confiance en elles et envers les hommes en général, du stress, des troubles du sommeil, des baisses de libido et autres.

La peine d'incarcération est doublée d'une probation de trois ans avec un suivi de deux ans. Enfin, mis à part son fils, il lui sera dorénavant interdit de se trouver en présence de mineurs, et son nom apparaîtra au registre des délinquants sexuels à perpétuité. Il faut soulever qu'il avait été condamné en 1997 pour des gestes similaires commis en 1994 mais, à sa défense, le rapport présentenciel confirme que le risque de récidive serait faible.