L’eau ou le pétrole : la vie ou la mort

Publié le 10 novembre 2016

EP-23062016-crayon-opinion

©TC Media - Archives

Cet été, le gouvernement Couillard a déposé le projet de loi 106 sur la transition énergétique, dans laquelle on doit aussi traiter des hydrocarbures. Au départ ça me semble mal parti. Comment peut-on s’engager dans une transition énergétique et développer l’exploitation des hydrocarbures tout en réduisant les GES.

Ce projet de loi a été déposé le 7 juin dernier, pour être débattu en pleine période de vacances (quoi de mieux pour éviter la contestation). Il y a eu quelques jours de commission parlementaire où on avait invité 27 personnes pro-hydrocarbures et 3 groupes de citoyens. On s’est organisé pour ne pas avoir trop de critiques.

Cette «loi» ouvre toutes grandes aux entreprises gazières et pétrolières les portes de notre territoire pour l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures, et prive les citoyens de recourir à leurs élus municipaux pour les protéger. Ce projet de loi dépouille les municipalités de tous leurs pouvoirs dans le domaine de la protection de l'eau et de leur territoire.

Avec cette loi, les pétroliers et les gazières seront maîtres chez-nous. Ils pourront creuser où il ne veulent pas besoin d’avoir l’autorisation de la municipalité pour forer et ils peuvent même exproprier.

Nos élus sont sûrement contre ce projet de loi. On ne peut pas se faire enlever autant de pouvoir sans crier au loup.

Pour ma part, j’aime mieux laisser entre les mains de mon conseil municipal la responsabilité de m’assurer de l’eau de qualité, plutôt que de donner ça à une pétrolière ou une gazière.

Denis Dessaint, Saint-Georges