La MRC Beauce-Sartigan n’endosse pas «pleinement» la DUC

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
La MRC Beauce-Sartigan n’endosse pas «pleinement» la DUC
Un groupe de citoyens a déposé un document en faveur de la Déclaration d'urgence climatique lors de la séance du conseil de la MRC Beauce-Sartigan en juin dernier. (Photo : L'Éclaireur-Progrès - Sébastien Roy)

Les maires de la MRC Beauce-Sartigan ont décidé de ne pas endosser «pleinement» la Déclaration d’urgence climatique (DUC) lors de la séance du 21 août.

Dans la résolution adoptée à propos de la DUC, les élus affirment que: «Bien que le conseil des maires n’adhère pas pleinement à la Déclaration citoyenne universelle d’urgence climatique, le conseil confirme partager les inquiétudes soulevées par les citoyens de son territoire relativement aux changements climatiques et aux impacts que ceux-ci ont sur la vie des citoyens de notre région.»

«Les maires sont disposés à mettre en place des mesures et des actions qui visent à réduire l’empreinte environnementale des municipalités, mais vont le faire sous réserve du soutien financier approprié du gouvernement du Québec», ajoute le directeur général de la MRC Éric Paquet.

Les élus ajoutent qu’ils partagent «certaines inquiétudes» des personnes qui ont déposé la DUC et une pétition d’une trentaine de noms en faveur de l’appui à la DUC.

Parmi les dépositaires de la DUC, se trouvait la candidate du Parti vert du Canada, Josiane Fortin. «Plusieurs programmes d’aides financières existent pour aider les municipalités dans leur virage vert. J’espère que les maires demeurent à l’affût des programmes disponibles, tels que le Programme de remise au point des systèmes mécaniques des bâtiments, le Fonds municipal vert et le Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage», répond-elle.

Pour sa part, la porte-parole de Québec solidaire en Chaudière-Appalaches, Diane Vincent, qui faisait aussi partie des personnes à avoir déposé la DUC le 19 juin dernier.

Mme Vincent s’est dite déçue que la MRC «ait refusé de s’engager dans un plan de transition» en adoptant la DUC.

«Ce n’est pas difficile de faire des actions comme mettre des bornes de recharge pour les véhicules électriques, favoriser le covoiturage avec des stationnements incitatifs, revitaliser les centres-villes en considérant les déplacements à pied ou à vélo, favoriser les rénovations qui utilisent des matériaux exempts de produits pétroliers et provenant de matières recyclées et des systèmes de chauffage plus écologiques axés sur l’économie d’énergie», estime-t-elle.

Le fait qu’elle ait été déposée par les représentantes de deux partis politiques, l’un au fédéral et l’autre au provincial, a aussi contribué au fait que la MRC n’endosse pas totalement la DUC. «Historiquement, la MRC n’a jamais pris de positionnement envers un parti politique», affirme M. Paquet.

Selon les données de GroupMobilisation, dont les membres ont rédigé la Déclaration d’urgence climatique, taux de la population concernée par l’endossement des municipalités ou des MRC atteint un peu plus de 77 % au Québec.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des