Maxime Bernier publiera un livre cet automne

Maxime Bernier publiera un livre cet automne

Maxime Bernier était le seul candidat à prôner l’abolition de la gestion de l’offre.

Crédit photo : Beauce Média - Hubert Lapointe

Depuis octobre dernier, Maxime Bernier est en procession d’écriture d’un livre amalgamant le style biographique et le pamphlet politique.

Le député de Beauce a signé un contrat avec une maison d’édition à Toronto qui publiera l’ouvrage en français et en anglais. Le livre n’a pas encore un titre, mais nous savons qu’il contiendra entre 180 et 210 pages et que les sujets abordés sont déjà choisis.

«Il y aura un chapitre plus biographique où je parlerai entre autres de ma jeunesse, mon père et mes activités avant d’entrer en politique. Je discuterai également de mon temps comme député et ministre sous Stephen Harper et de la course à la chefferie du Parti conservateur», précise M. Bernier.

L’ouvrage exposera également sa vision du Canada sur plusieurs aspects. «Un chapitre sera consacré entièrement à la gestion de l’offre, un pari politique risqué qui m’a coûté la course comme prochain chef. Je veux aussi montrer qu’il est possible de faire de la politique autrement, sans toujours céder devant différents groupes d’intérêt», mentionne le député beauceron.

Maxime Bernier avoue que son projet fait bande à part, car les livres politiques sont généralement écrits par des anciens ou actuels chefs de parti, des politiciens à la retraite ou par ceux voulant grimper les échelons en démontrant leur vision.

«De mon côté, à 54 ans, je veux laisser une trace avec des idées pouvant être reprises dans le futur, même si je continuerai à faire de la politique. Pour mes filles, elles comprendront mieux les sacrifices que j’ai fait depuis mon arrivée en politique il y a douze ans», mentionne Maxime Bernier.

Un lancement du livre aura lieu à Saint-Georges à une date non déterminée. «Je dois avoir fini l’écriture d’ici la fin juillet. Parfois, j’ai le syndrome de la page blanche. Ça me demande beaucoup de temps en dehors de mes heures de travail», admet M. Bernier.

Poster un Commentaire

avatar