Le comité de citoyens de Saint-Gédéon demeure méfiant

Malgré le départ d’Éric Lachance de la mairie de Saint-Gédéon, le comité de citoyens demeure méfiant envers l’organisation municipale selon une des membres de celui-ci, Marguerite Lachance.

Peu avant la démission d’Éric Lachance, un rapport du comité avait été envoyé dans le Publi-Sac informant des démarches citoyennes réalisées au fil des deux dernières années. Cette lettre demandait aux membres du conseil actuel de démontrer plus de transparence et d’honnêteté dans leurs décisions.

«Nous sommes toujours conscients de ce que nous avons fait. J’ai vu l’historique dressé dans la lettre. Il nous disait que tout était caché. À cette époque, les membres ne venaient pas aux séances. Pourtant, tout était affiché dans le Gédé Nouvelles (bulletin municipal). Tout était clair», affirme le maire adjoint, Christian Bégin. «Nous sommes partis du bon pied en 2016», ajoute le maire suppléant.

Une séance moins mouvementée

Le 11 janvier, la séance était moins mouvementée et moins achalandée que les précédentes. Des membres du comité ont remis en question certaines décisions du conseil. Ceux-ci considèrent le couvent St-Louis, acheté par la municipalité, comme un éléphant blanc. «Le couvent, ce n’est pas accepté dans la communauté», mentionne Mme Lachance. 

Elle souligne que d’importantes sommes d’argent seront englouties dans ce bâtiment alors que la situation financière de la localité est peu reluisante. En 2014, la municipalité a fait un déficit de 225 000 $ en raison de dépassements de coûts de l’aménagement du couvent qui abrite le CLSC, le Centre multi-arts, les bureaux municipaux et bientôt la bibliothèque municipale. Ce dernier projet, qui est évalué à un quart de million supplémentaire, ne fait pas l’unanimité auprès des citoyens d’après Mme Lachance. «Ils se sont plantés», admet cette dernière stipulant qu’une pétition de plus de 338 noms avait été déposée demandant un référendum sur la question.

Le maire suppléant rappelle toutefois que l’adoption du projet en décembre dernier n’a pas fait de vague auprès des citoyens présents à l’assemblée. «Certains semblaient heureux d’avoir une bibliothèque en juin. Cela nous a étonnés. Parmi les gens dans la salle, ils y en avaient qui ont fait tout un tabac avec cela», rapporte-t-il. Notons toutefois qu’un seul membre du conseil municipal avait émis sa dissidence au projet.

En plus du couvent, l’ancien hôtel de ville, toujours vacant, et l’aréna Marcel Dutil sont aussi visés par les critiques du comité et aussi considérés comme des éléphants blancs. «Pour l’aréna, elle ne peut être seulement vue comme une dépense, c’est un service à la population. Les week-ends, c’est là que les gens se rencontrent», souligne M. Bégin. Par ailleurs, la municipalité souhaite accroître l’offre de loisirs à l’été pour maximiser l’utilisation du bâtiment à l’année.

Quant à l’ancien hôtel de ville, la municipalité tente de trouver un acquéreur pour le bâtiment qui sert à des organismes de la localité.