Le poste de police ne sera pas à côté de l’église comme prévu

La Ville de Saint-Georges a informé les médias que le dossier du nouveau poste de police de la Sûreté du Québec, qui devait être construit près des de l’église l’Assomption, est de retour à la case départ, puisque la Société québécoise des infrastructures (SQI) considère que les coûts d’aménagements du terrain sont trop dispendieux.

Rappelons que la Ville de Saint-Georges avait conclu une promesse de vente avec la SQI pour ce terrain de 150 000 pieds carrés, le 8 février dernier, pour 2 M$.

Dans les dernières semaines, la SQI a informé les autorités municipales que les coûts d’aménagements élevés du terrain remettaient en question le choix du site. Puisque le conseil municipal considère ce terrain central comme le meilleur choix, les élus ont accepté de revenir à la première offre d’achat soumise par la SQI qui était de 1,65 M$.

Pendant ce temps, une demande d’injonction a été déposée à la Cour par une firme qui «aurait répondu à l’appel d’intérêt de juillet 2015», dans le but de stopper le processus de vente.

Le 15 juin, le maire, Claude Morin a été informé par lettre que la SQI n’a pas reçu les autorisations nécessaires pour donner suite à la promesse d’achat. Cette décision aurait été prise par le ministère de la Sécurité publique dont relève la Sûreté du Québec.  

Mauvaise décision

«Autant le conseil de ville, les élus de notre MRC que nos gestionnaires sont convaincus que cette décision n’est pas la bonne sur le plan financier et service de sécurité aux citoyens. En plus du retard que cela occasionnera pour la construction du nouveau poste, d’importants frais de relocalisation temporaire devront être assumés par la Sûreté du Québec ou la SQI, car la Ville a signifié, dans les délais prescrits, le non-renouvellement du bail du poste de police de l’ouest (ancien hôtel de ville). Sur un horizon de 50 ans (vie utile minimale d’un bâtiment), des pertes de temps et des frais de déplacement reliés à la non-centralité du poste de police, sans compter l’effet sur la rapidité d’intervention représenteront une moins-value bien plus grande que les coûts d’immobilisations supplémentaires requis au départ», déclare le maire Claude Morin par voie de communiqué.

Selon le maire Morin, la SQI retournera en avis d’intérêt pour un nouveau terrain. Les terrains disponibles sont les mêmes que ceux étudiés l’an dernier.

Claude Morin «soupçonne que de l’interférence a été faite dans ce dossier, tant par des personnes intéressées que par certains citoyens».