Le secteur manufacturier génère 2 G$ de chiffres d’affaires

La valeur des livraisons des entreprises manufacturières en Beauce-Sartigan a atteint pour la première fois les deux milliards de dollars en 2015 selon un sondage réalisé par le Conseil économique de Beauce (CEB).

«L’année 2015 demeure porteuse de bonnes nouvelles même si la croissance économique est lente», se réjouit le directeur général du CEB, Claude Morin.
L’activité économique du territoire affiche une hausse de 206 M$ qui est attribuable notamment à la performance du secteur des produits métalliques et des équipements. Ces dernières sont responsables de la moitié du chiffre d’affaires de l’ensemble des 190 des 223 entreprises manufacturières sondées sur le territoire.

Ce contexte favorable s’est aussi reflété dans la croissance des exportations hors Québec. En 2015, elles s’élevaient à 1,296 G$, soit 256 M$ de plus qu’en 2014. «Si la devise reste faible en 2016, ce qui est fort probable, les exportations devraient être plus élevées cette année», relate M. Morin, qui s’attend à la poursuite de la reprise du secteur du bois de construction et bois ouvré.

Situation de rareté de la main-d’oeuvre

En raison de la rareté d’employés qualifiés qui sévit en Beauce, le nombre d’emplois a stagné autour des 8145 emplois. «Nous savons que les besoins en main-d’œuvre oscillent en ce moment entre 400 et 600 personnes. Espérons un jour que nous aurons suffisamment de travailleurs pour pourvoir les postes disponibles», lance Morin à la barre du CEB depuis 20 ans.

La relève et l’investissement

Les investissements dans les entreprises ont légèrement fléchi passant de 51,3 M$ à 50,1 M$. Le directeur général demeure inquiet car certains chefs d’entreprise vieillissants hésitent toujours à passer le flambeau. Le nombre d’interventions du CEB liées à la relève entrepreneuriale est à la baisse. «Il a été démontré qu’à un certain âge, on investit moins tant au point de vue personnel qu’en affaires. Il y en a eu des transactions l’an dernier, et nous ne les aidons pas toutes ces entreprises, mais tantôt, il faudra que ça bouge», commente-t-il.

Malgré tout, M. Morin dresse un portrait plus que satisfaisant de la 40e année des activités du CEB. En 2015, l’organisme de développement économique a traité 110 dossiers de toutes sortes (démarrage, expansion, exportation, tourisme et relève) pour des investissements de près de 59 M$. De plus les divers programmes et fonds financiers de l’organisation ont soutenu ou créé 96 emplois sur le territoire.