L’installation est presque terminée en Beauce

Hydro-Québec aura conclu l’installation de ses compteurs intelligents de troisième génération en Beauce d’ici la fin de l’année.

À la mi-mars, 94 % des 62 320 compteurs en Beauce avaient été remplacés par des compteurs de troisième génération.

Ceux-ci prennent la place des compteurs de première génération de modèle électromécanique (à roulette), ainsi que ceux de deuxième génération qui sont numériques et utilisent des radiofréquences.

«Les compteurs qui restent à remplacer touchent essentiellement des bâtiments commerciaux. Le déploiement complet était prévu pour plus tard, car les compteurs commerciaux doivent enregistrer des mesures beaucoup plus grandes et prennent plus de temps à installer», explique Nathalie Vachon, attachée de presse pour Hydro-Québec.

Option de retrait

Autrefois, la lecture des données était effectuée par un technicien à côté du compteur (première génération) ou à partir de la rue (deuxième génération).

Sur les compteurs de troisième génération, la consommation d’énergie est enregistrée et transmise jusqu’à un routeur. Les données sont acheminées vers le système de gestion de mesurage faisant le lien avec le système de facturation d’Hydro-Québec.

Les consommateurs réfractaires à ces changements avaient accès à une option de retrait. Ces derniers pouvaient demander l’installation d’un compteur non communicant n’émettant aucune radiofréquence. Des frais mensuels de 5 $ s’ajoutaient à la facture.

«Je n’ai pas le pourcentage pour la Beauce, mais ce n’est que 2 % des clients qui ont choisi cette option pour l’ensemble du Québec. Tous nos compteurs sont installés par des employés dûment formés par Hydro-Québec», rappelle Nathalie Vachon.

Elle apporte une nuance sur les incendies qui auraient été causés par des compteurs de troisième génération. Selon Mme Vachon, ces incendies ont pris naissance à cause d’une défectuosité dans l’embase qui soutient le compteur, un objet dont l’entretien est la responsabilité du consommateur.

En novembre 2013, la Corporation des maîtres électriciens du Québec (CMEQ) rappelait d’ailleurs aux consommateurs l’importance de faire vérifier l’embase électrique sur une base périodique.

Autre texte sur le sujet :

http://www.leclaireurprogres.ca/actualites/societe/2016/3/22/beauce-refuse-n_a-pas-atteint-son-objectif.html