Nouveau service de garde à Saint-Odilon

Eric Gourde  redaction@beaucemedia.ca

Nouveau service de garde à Saint-Odilon
Caroline Labbé et Rebecca Maheux sont les deux responsables attitrées au service de garde en communauté et sont accompagnées des partenaires de l'initiative. (Photo : Beauce Média - Éric Gourde)

FAMILLE. Un service de garde en communauté vient d’être mis sur pied à Saint-Odilon. Celui-ci propose, depuis le 26 septembre, 12 places subventionnées à même des locaux situés dans le bâtiment abritant le centre Curé Larochelle, une résidence qui loge des personnes retraitées autonomes et semi-autonomes

Saint-Odilon devient le premier projet-pilote de responsable de service de garde éducatif en communauté dans la région, ayant été initié par le bureau coordonnateur du CPE Au Jardin de Dominique. La raison première de ces projets pilotes est de permettre à des responsables de services de garde d’offrir leurs services dans un endroit désigné, en dehors de leur résidence.

Ce projet, logé dans une résidence pour personnes âgées, apparait après d’autres projets pilotes du genre, dont celui parrainé par l’entreprise duBreton de Saint-Bernard, qui prête une résidence lui appartenant pour l’ouverture d’un service similaire, et la municipalité de Saint-Anselme qui loue une résidence à deux personnes pour cette même raison.

Caroline Labbé et Rebecca Maheux sont les deux responsables attitrées au service de garde en communauté. Chacune avait son propre service de garde en milieu familial avant de joindre leurs forces. La municipalité a assumé les frais de réfection des locaux et d’aménagement de la cour extérieure.

En plus de permettre aux responsables de service de garde reconnues par un bureau coordonnateur de rendre disponibles rapidement des places aux familles, d’autres avantages peuvent éventuellement apparaitre de projets du genre, estiment les responsables du bureau coordonnateur. « Comme les enfants logeront dans la résidence et qu’elle abrite des personnes âgées, il est clair qu’il y aura des échanges. C’est un service de garde intergénérationnel en milieu familial. Ce sera un environnement stimulant pour les enfants », croient d’emblée Andrée Roy, directrice adjointe, et Nathalie Corneau, directrice générale du CPE-BC Au Jardin de Dominique.

Le projet pilote de trois ans existe sous plusieurs formes déjà, mais certains modèles sont sur le point de voir le jour, observe Geneviève Ouellette, directrice adjointe du conseil québécois des services éducatifs à la petite enfance. « On en voit aussi dans des centres de services scolaires, où des locaux sont inutilisés. À l’image de Saint-Bernard, on commence à en voir plusieurs dans des entreprises, car elle y voit des avantages. Ce sont des places disponibles à moindre coût, car il n’y a pas de nouveau bâtiment à construire. »

Pour elle, il est clair que les services de garde en communauté sont plus simples à développer en ruralité. « Le fait qu’ils soient logés dans des résidences de personnes âgées, en milieu de travail, le municipal et même les fabriques offre plein de possibilités. On souhaite que ce soit un nouveau mode de service de garde qui soit distinct et inscrit dans la loi. »

Le CPE-BC Au Jardin de Dominique reçoit 175 enfants répartis entre quatre installations situées à Beauceville et Saint-Frédéric. Il détient également l’agrément pour la MRC Beauce-Centre avec un permis de 281 places subventionnées pour la garde en milieu familial.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires