PCQ : Jonathan Poulin dévoile ses engagements en matière d’agriculture et ruralité

Par Danny Lizotte
PCQ : Jonathan Poulin dévoile ses engagements en matière d’agriculture et ruralité
Le candidat du PCQ dans Beauce-Sud, Jonathan Poulin. (Photo : gracieuseté)

POLITIQUE. Le candidat du Parti conservateur du Québec (PCQ) dans Beauce-Sud, Jonathan Poulin, a dévoilé ses engagements électoraux en matière d’agriculture et ruralité. Il veut notamment créer une agence de soutien aux producteurs agricoles au sein du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). Elle aurait comme mission de les accompagner à atteindre les cibles agro-environnementales.

Parmi ses autres engagements électoraux, M. Poulin veut faciliter l’embauche des travailleurs étrangers temporaires en négociant avec le gouvernement fédéral. Il voudrait réduire les délais pour le traitement de leurs dossiers.

Il veut également encourager les initiatives de production et de mise en marché des produits locaux en circuit court ainsi que soutenir la recherche et le développement en matière agro-environnementale en aidant la participation des producteurs agricoles.

Le PCQ commanderait une étude sur l’opportunité d’offrir un crédit d’impôt pour favoriser l’exploitation de superficies boisées privées. Une consultation, dans la première moitié du mandat, auprès des citoyens et des divers acteurs des milieux agricole, municipal et provincial serait organisée afin de réformer la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles. L’objectif serait de réaffirmer ses principes avec la réalité d’aujourd’hui et d’adopter une nouvelle loi avant la fin d’un premier mandat.

Le candidat conservateur souhaite préserver 200 000 hectares dans les forêts publiques pour l’acériculture. Il entend réclamer au MAPAQ de rédiger des recommandations pour aider la relève apparentée ou non et le repreneuriat des entreprises agricoles. M. Poulin veut également bonifier le Fonds régions et ruralité (FRR).

Le PCQ envisage de légiférer en matière de services essentiels afin d’y ajouter un service minimum de tous les transformateurs alimentaires primaires dans le but de prévenir des gaspillages. Finalement, il va créer des pôles d’éducation québécois en agriculture dans la province à divers niveaux académiques.

Jonathan Poulin a voulu clarifier la position de sa formation politique concernant la gestion de l’offre. « Le porte-parole [le candidat caquiste Samuel Poulin] de François Legault en Beauce se pavane dans le comté en répétant que nous sommes contre la gestion de l’offre. Le Parti conservateur du Québec n’a aucunement l’intention de changer le système actuel de gestion de l’offre, c’est assez clair ! La panique est prise chez les caquistes et ils sortent les épouvantails, soit par manque d’écoute ou par méconnaissance du dossier. »

Bilan de mi-campagne

« Je suis très satisfait et content de voir l’accueil sur le terrain. C’est sûr, avec le déclenchement officiel et les pancartes à la grandeur de la Beauce, les gens nous reconnaissent, m’interpellent beaucoup plus. C’est motivant, on a vraiment l’impression qu’il y a une montée rapide. On la remarque autant dans la ville de Saint-Georges que dans les périphéries », se réjouit le candidat du PCQ dans Beauce-Sud, Jonathan Poulin.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Martine Roy
Martine Roy
4 mois

Il devrait faire attention avant d’attaquer Samuel Poulin. Il est très aimé et très apprécié et le député ayant le plus livré en Beauce depuis tous les temps. Lui arrive de Montréal après 12 ans à l’extérieur. Il était le 7e choix du PCQ. Un vrai donneur de leçon….

Yvon G
Yvon G
4 mois

Éric Duhaime est contre la gestion de l’offre depuis toujours. C’est ça que le texte devrait mentionner. Ce n’est pas de la panique, Duhaime est contre depuis toujours. Je l’écoutais au FM 93 et il disait que nous étions les producteurs de teteux de subvention. Duhaime appuyait Bernier dans ses courses au leadership.

Jonathan comme ancien liberal remarque que son retour opportuniste en Beauce pour gagner ne peut se faire que sur la pandémie. Il n’avait qu’à lire le programme au complet.