Saint-Georges bien présente pour les Ukrainiens

Photo de Mathieu Fournier
Par Mathieu Fournier
Saint-Georges bien présente pour les Ukrainiens
Les deux familles ukrainiennes lors de leur arrivée au Canada. (Photo : gracieuseté)

IMMIGRATION. Depuis le début du conflit entre l’Ukraine et la Russie, la Beauce a été une terre d’accueil pour de nombreux immigrants. Du lot, deux frères, Dalmit Sinhkh et Khabibur Md Rakhman, ont décidé de s’installer à Saint-Georges pour assurer la sécurité de leur jeune famille.

Présentement, les deux familles vivent à sept dans le même appartement. Celui-ci a été cédé le temps qu’elles se trouvent un nouveau logis et s’adaptent à cette nouvelle réalité. Olga Ulanova et son mari, Nicolas Mogis, ont même été en mesure de leur trouver deux voitures pour faciliter leurs déplacements.

« On apprécie vraiment notre arrivée en Beauce. La nature, l’air pur et l’offre de services, tout est parfait depuis notre arrivée. Les gens sont accueillants, souriants et gentils. On ne pouvait pas demander mieux pour élever notre famille », indiquent Dalmit et Khabibur.

Même s’ils sont tous arrivés le 29 mai, les deux frères ainsi que Viktoriia Rakhman, femme de Khabibur, ont déjà trouvé un travail. Les deux enfants des Rakhman, Amir et Anika, iront au camp de jours ou au Carrefour jeunesse-emploi de Beauce-Sud durant l’été et commenceront l’école en août. L’épouse de M. Sinhkh, Valeriia Sinhkh, reste à la maison avec Amélia Sinhkh, âgée de seulement quelques mois.

Une arrivée appréciée

Depuis leur arrivée, les sept Ukrainiens adorent la Beauce. Ils n’ont pas eu encore le temps d’explorer beaucoup les lieux, alors que certains d’entre eux ont été en isolement jusqu’au 12 juin. Ils ont tout de même visité le Solstice Festival lors de la fin de semaine du 11 juin et sont fébriles de découvrir comment les Québécois célèbrent la Fête nationale du Québec et la Confédération canadienne.

« Il est important de bien s’entourer lorsque l’on réalise ce grand changement. Si une personne arrive seule, elle pourrait trouver ça difficile de retrouver son chemin, remplir les documents administratifs et s’adapter à cette nouvelle vie. De notre côté, nous avons été très bien conseillés », affirment les deux frères lorsque questionnés sur les conseils qu’ils donneraient aux prochains arrivants.

Le contact avec les deux familles pour immigrer au Canada a été réalisé par Olga Ulanova, qui a servi de traductrice lors de l’entretien alors qu’aucun ne parle le français. Ils se sont d’abord rencontrés sur un groupe Facebook, où la Georgienne d’adoption leur a proposé de venir en Beauce avec une promesse de plusieurs produits essentiels, comme un logis, du linge et des meubles.

Une aide chaleureuse

Bien qu’elles soient fraîchement arrivées dans la région, les deux familles souhaitent demeurer dans la Beauce pour encore plusieurs années. Pour elles, il s’agit d’un endroit de prédilection pour permettre à leurs enfants de grandir en toute sécurité. En Ukraine, la situation était médiocre avant leur départ avec plusieurs bombardements quotidiens.

« On tient à remercier tous les gens qui nous ont aidés à immigrer au Canada. L’aide d’Olga Ulanova, Nicolas Mogis, Claire Fouquet, Catherine Lapointe et Élise Dion a été très précieuse. Sans eux, rien de tout cela n’aurait été possible », mentionnent les sept nouveaux arrivants.

En date du 15 juin, 29 Ukrainiens ont immigré à Saint-Georges. Olga Ulanova sait que d’autres nouveaux arrivants s’ajouteront à ce nombre, mais elle ne sait toujours pas combien en raison des longs processus des services d’immigration du Canada.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires