Une plantation qui s’adapte aux changements climatiques

Hubert Lapointe redaction@beaucemedia.ca

Une plantation qui s’adapte aux changements climatiques
Pierre Thabet, président de Mirage et Simon Labbé, copropriétaire de la Ferme Hôme de Tring-Jonction, plantent ensemble un érable à sucre. (Photo : Beauce Média - Hubert Lapointe)

TRING-JONCTION. Dans le détour de 2020, une entreprise forestière coupe à blanc environ quatre hectares de terres à Tring-Jonction. En mai 2021, Simon Labbé et Lisa Fecteau achètent un terrain d’environ 107 acres situé au 1157 du Rang 1 et fondent la Ferme Hôme. En constatant des dégâts, il leur vient à l’idée de « redonner à la terre une certaine noblesse », mais le projet a rapidement pris une autre ampleur…

En effet, grâce à un partenariat avec l’Association des propriétaires de boisés de la Beauce (APBB) et l’entreprise manufacturière Mirage de Saint-Georges, le couple a créé la Plantation Mirage, visant à reboiser la terre en fonction de certains critères reliés aux changements climatiques. Plus précisément, les quelque 3000 arbres à planter (principalement des feuillus) seront déterminés selon leur résistance aux pesticides, le type de sol, le type de drainage, la faune environnante, etc.

« Nous souhaitons aller au-delà de la plantation conventionnelle d’épinette blanche et diversifier le choix des essences plantées », a informé l’ingénieur forestier Jérôme Lapointe de l’APBB. « C’est quelque chose d’expérimental avec un suivi chaque année », a appuyé Michel Roy, également de l’association, en saluant la motivation des propriétaires. 

Pierre Thabet, président de Mirage, a pour sa part souligné l’importance de la ressource naturelle qu’est le bois, alors que l’entreprise avait à cœur d’appuyer un projet qui ait une portée à la fois régionale et sociale. « Il est primordial pour nous de respecter la nature », dit-il.

Mentionnons que les 3000 arbres sont offerts par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. En ce qui a trait à l’aide accordée par Mirage, elle permettra d’entretenir les terres et à la protéger des cerfs de Virginie. Le projet pilote représente un investissement d’environ 5000 $.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires