Agression à Saint-Georges: l’un des accusés s’était faussement identifié

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
Agression à Saint-Georges: l’un des accusés s’était faussement identifié

Les cinq accusés dans le dossier de l’agression survenue dans la nuit du 6 au 7 septembre à Saint-Georges sont revenus en cour le 16 octobre dernier.

Shadi Hajj Hassan, 19 ans de Vaudreuil-Dorion, Josue Estel, 20 ans de Montréal, Mory Diallo, 19 ans de Pierrefonds, et Darnel Bamba, 20 ans de Vaudreuil-Dorion, ont vu leur dossier respectif être remis au 13 novembre prochain.

Une cinquième personne est accusée en lien avec cet événement. D’abord annoncée comme étant Mohammed Abdel, il s’agit en fait de Wassim Mouladad. Selon la procureure de la couronne, Gabrielle Guilbert, Mouladad s’était faussement identifié auprès des policiers.

Selon l’avis de dénonciation, Hajj Hassan est notamment accusé de tentative de meurtre à l’aide d’une arme à feu à autorisation restreinte à l’endroit de l’une des deux personnes qui se trouvaient à l’intérieur d’une résidence de la 127e Rue.

Il fait également face à des accusations d’introduction par effraction, de vol qualifié, de voies de fait graves, d’extorsion, de voies de fait armées, de possession d’une arme à feu obtenue illégalement et de séquestration.

Toujours selon le document, Darnel Bamba, 20 ans de Vaudreuil-Dorion, Mory Diallo, 19 ans de Pierrefonds, et Wassim Mouladad, 25 ans de Pierrefonds, sont accusés des mêmes chefs, à l’exception de celui de tentative de meurtre.

Diallo fait aussi face à une accusation de possession de stupéfiants, tandis que Mouladad aurait volontairement entravé plusieurs agents de la paix dans l’exercice de leurs fonctions et aurait troublé la paix alors qu’il était soumis à une ordonnance de probation entre le 7 et le 10 septembre.

Quant au cinquième accusé, Josue Estel, 20 ans de Montréal, l’avis de dénonciation fait état de six chefs d’accusation, soit introduction par effraction, de vol qualifié, de voies de fait graves, de voies de fait armées, d’extorsion et de séquestration.

Rappelons que dans la nuit du 6 au 7 septembre, cinq personnes se sont introduites dans une résidence de la 127e Rue à Saint-Georges et ont agressé les deux occupants des lieux.

Les deux victimes ont été blessées gravement et ont dû être transportées à l’hôpital de Saint-Georges.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires