Améliorer la vie de son chat avec des gestes simples

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Améliorer la vie de son chat avec des gestes simples
Alexandra Ricque est membre de la Pet Professional Guild, qui représente les professionnels de l’industrie des animaux de compagnie. (Photo : L’Éclaireur Progrès – Frédéric Desjardins)

Selon Alexandra Ricque, spécialiste en comportement félin, les chats compris, respectés et stimulés mèneront une vie plus heureuse.

Sa conférence L’ABC du comportement félin, présentée le 15 janvier au centre culturel Marie-Fitzbach de Saint-Georges, a attiré plus d’une centaine de personnes.

Travaillant auprès des refuges et lors de consultations à domicile, Alexandra Ricque rappelle que son travail ne remplacera jamais celui d’un vétérinaire. Toutefois, elle peut aider les gens à mieux comprendre le comportement de leur animal de compagnie.

«Les problèmes les plus courants sont les agressions entre chats, les agressions sur l’humain et les besoins hors litière. Chaque chat est son propre individu, mais plusieurs trucs évitent des problèmes», mentionne Mme Ricque.

Initialement, Alexandra Ricque invite les maîtres à connaître le langage corporel du chat, ainsi que ses signaux d’inconfort.

«La position du corps, de la queue, des oreilles ou des yeux dit beaucoup de choses. Dans son inconfort, le chat peut détourner le regard, cligner des yeux ou se faire une lichette sur le nez. Même quand il lèche votre main, ça peut finir par une morsure», explique celle-ci.

Manipuler et stimuler

Sauf pour la tête et la croupe (partie postérieure), le chat ne raffolerait pas des câlins. Les positions du bébé ou à l’épaule sont déconseillées pour le tenir. «Le chat doit être dos à vous, avec une main sous les pattes arrière pour soutenir son poids. L’autre main soutient les pattes à l’avant. Ainsi, le chat voit tout ce qui se passe», précise Alexandra Ricque.

Les chats parlent beaucoup avec leur corps.

Trop de chats domestiques sont sous-stimulés, ce qui expliquerait des problèmes de comportement. Cette stimulation peut être haussée à travers l’environnement, le jeu et l’alimentation.

«Le chat surveille son environnement. On doit concevoir des cachettes et hauteurs. Au sol, les boîtes de carton ont un effet hallucinant. On peut aussi déplacer un meuble ou installer des tablettes», dit Mme Ricque.

Dans le jeu, le maître reconstitue l’expérience de la chasse dans une variété de mouvements. «La canne à pêche est une bonne idée pour aider le chat à gérer ses émotions. Il ne faut jamais jouer peau contre peau, car vous dites au chat que votre corps est une proie autorisée», indique Alexandra Ricque.

Selon elle, le chat doit réfléchir et travailler pour sa nourriture. «Les bols interactifs sont des bons casse-tête. On peut également lancer ou cacher ses croquettes», dit Mme Ricque.

Malgré sa supposée indépendance, le chat nécessite de multiples attentions pour une qualité de vie optimale. Pour en savoir plus sur la conférencière, visitez son site web.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des