Belles rencontres pour Gérard Deltell et Richard Lehoux

Photo de Hubert Lapointe
Par Hubert Lapointe
Belles rencontres pour Gérard Deltell et Richard Lehoux
Line Breton, Gérard Deltell et Richard Lehoux. (Photo : Beauce Média – Hubert Lapointe)

POLITIQUE. À quelques mois des élections fédérales, prévues le lundi 21 octobre prochain, Gérard Deltell, député de la circonscription de Louis-Saint-Laurent, et Richard Lehoux, candidat pour le parti Conservateur dans le comté de Beauce, ont visité différentes entreprises de Saint-Georges, Saint-Éphrem, Sainte-Marie et Saint-Bernard, le vendredi 10 mai dernier, afin de prendre le pouls des entrepreneurs de la région.

« Nous sommes venus montrer notre programme électoral, mais nous sommes aussi venus écouter ce que les gens ont à dire. […] Pour alimenter le débat au Parlement, le meilleur politicien n’est pas celui qui parle le plus, mais celui qui aura écouté le plus », a affirmé Gérard Deltell

Rencontrés par le journal à Saint-Bernard, les deux hommes politiques s’étaient arrêtés du côté d’Aliments Breton afin de discuter de problèmes de main-d’œuvre avec Line Breton, vice-présidente en ressources humaines.

Brièvement, Mme Breton a laissé entendre qu’embaucher des travailleurs étrangers temporaires n’est pas chose aisée. Entre autres, les délais, l’obligation de recommencer du début à chaque démarche, et le quota de 10 % de travailleurs étrangers maximum sont toutes des épines aux pieds de l’entreprise.

« Il y a 30 ans, si je voyais un curriculum vitae avec aucune expérience de travail de plus de trois ans, je le jetais à la poubelle parce que le candidat ne présentait aucune stabilité. Maintenant, trois ans, c’est plus que parfait », d’imager Line Breton.

« En ressources humaines, la situation a évolué rapidement et peu de gens l’avaient vu venir. Et ce n’est pas exclusif à la Beauce, c’est d’un océan à l’autre », a répondu M. Deltell. Son parti propose donc d’adapter les demandes d’immigrations aux besoins économiques actuels. Également, il entend développer un plan pour convaincre les personnes à la retraite de retourner au travail, et ce, sans pénalité fiscale. À ces mots, Mme Breton se voyait très bien diviser un poste à temps plein en deux postes à temps partiel pour ces personnes.

« À cause de la lourdeur administrative, on risque de perdre des contrats. […] Je veux que les gens comprennent que j’ai toujours été un gars de terrain et que je vais continuer de l’être », d’appuyer Richard Lehoux.

Gérard Deltell, Line Breton et Richard Lehoux.
Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des