Bernard Légaré raconte son parcours dans le cadre d’«À livres ouverts»

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
Bernard Légaré raconte son parcours dans le cadre d’«À livres ouverts»
Bernard Légaré est le porte-parole jeunesse de la troisième édition d’«À livres ouverts». (Photo : Gracieuseté)

Bernard Légaré a été choisi pour être le porte-parole du volet jeunesse de la troisième édition de l’événement «À livres ouverts», qui aura lieu du 17 au 23 mars.

Celui-ci est organisé par l’Association québécoise pour la réadaptation psychosociale (ABPQ) en collaboration avec les organismes Le Rappel et Le Sillon pour le volet local. Il aura lieu du 17 au 23 mars dans des bibliothèques du Québec.

Au cours de la semaine, les visiteurs des différentes bibliothèques pourront emprunter un «livre vivant», c’est-à-dire une personne qui vit ou a été touchée de près par un problème de santé mentale. À Saint-Georges, deux personnes seront situées au local du Groupe Entraide Saint-Georges, situé au 11920 sur la 1re Avenue, et à la bibliothèque de l’école Mgr Beaudoin. Elles seront sur place de 13h à 20h.

Ces personnes raconteront leur parcours à ceux et celles qui viendront la rencontrer. «Le but est de leur redonner espoir en racontant son propre cheminement pour leur montrer que c’est possible de s’en sortir», décrit Bernard Légaré, âgé de 22 ans.

Lui-même est touché par un problème de santé mentale. Il s’agit de la schizophrénie paranoïde. Il racontera les difficultés qu’il a traversées durant sa jeunesse et comment il a fait pour mettre fin à ce cercle vicieux et créer un cercle vertueux.

Un parcours inspirant

Lorsqu’il était enfant, et aussi à l’adolescence, il avait des difficultés à l’école. Il a aussi changé d’environnement à plusieurs reprises, changeant plusieurs fois de centres d’accueil et de familles d’accueil.

«Dans le temps, mes amis, je les battais, je les insultais. J’ai vécu une partie de ma vie dans la violence, mais aujourd’hui, je peux enfin dire quelque chose de bon. Il y a de l’amour dans mon langage», ajoute Bernard qui travaille aujourd’hui comme pair aidant.

Ce dernier a participé à un voyage humanitaire en mai 2018 avec d’autres personnes ayant des problèmes de santé mentale. «Le voyage m’a ouvert les yeux sur la richesse humaine et sur les milieux défavorisés dans le monde. Ça m’a permis de penser au positif et de valoriser les personnes avec moi», indique-t-il.

«J’ai justement reçu un appel [le 7 mars] d’une personne qui m’a dit: “Bernard, tu m’as tellement inspiré. J’ai le goût de devenir pair aidant.” Juste par mon attrait, j’ai réussi à l’inspiré. Je lui ai dit de foncer dans ses rêves, qu’il peut réussir et je lui ai énuméré ses forces», poursuit-il.

Maintenant, Bernard souhaite partager ce message avec la jeunesse: «Gardez le cap sur ce qui va bien. J’ai mis beaucoup d’efforts à me détruire avec la drogue et la dépendance par le passé. […] Maintenant, je mets mes efforts pour construire quelque chose pour moi et les autres. […] Osez demander de l’aide. Il y a toujours quelqu’un prêt à vous aider. Il suffit de lever les yeux du sol, de croire en vous et que vous aussi méritez le bonheur», conclut-il.

Partager cet article

1
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Nathalie Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Nathalie
Invité
Nathalie

Très contente de ton évolution Bernard, tu es une belle source d’inspiration.