Bois de sciage: une majorité des membres de l’APBB en faveur de la mise en marché collective

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
Bois de sciage: une majorité des membres de l’APBB en faveur de la mise en marché collective
(Photo : gracieuseté)

La grande majorité des membres de l’Association des propriétaires de boisés de la Beauce (APBB) ayant participé aux deux rencontres d’information tenues les 30 et 31 mars se sont prononcés en faveur d’une mise en marché collective pour le bois de sciage.

Selon le président de l’APBB, Éric Cliche, environ 80 % d’entre eux se sont montré favorable à la mesure. « Ce n’étaient pas des rencontres décisionnelles, mais nous avons pu prendre le pouls des producteurs », indique-t-il.

Ce sondage était important pour M. Cliche puisque selon, la mise en marché collective ne doit pas être une décision des administrateurs, mais doit venir des propriétaires.

Le directeur général de l’APBB, Martin Ladouceur a présenté un résumé de la situation du marché du bois scié au début de ces rencontres. Il a notamment expliqué ce qui influence le prix du bois de sciage et celui du bois rond.

Rapidement, les questions des propriétaires ont porté sur la façon dont elle pourrait être implantée. Si des quotas seraient imposés aux propriétaires par exemple.

Cependant, ce n’était pas encore le moment de se pencher sur ces questions. L’APBB demandera plutôt à ses membres de lui donner le mandat de mettre en place un modèle de mise en marché collective.

Ce dernier sera ensuite soumis à un nouveau vote lors d’une assemblée extraordinaire. « Nous aurions alors le mandat de préparer un modèle de mise en marché au cours des prochains mois qui représente la région. Il ne faut pas oublier que la mise en marché collective est un cadre réglementaire, mais il y a beaucoup de libertés pour la mettre en place. Ce n’est pas un copié-collé », soutient M. Cliche.

Environ 120 personnes ont participé à ces deux rencontres virtuelles. Même si M. Cliche souhaitait davantage de participants, il se dit tout de même satisfait. « Nous avions environ 200 s’étaient inscrites, mais plusieurs n’ont pas pu participer en raison de la coulée historique d’eau d’érable au même moment », soutient-il.

M. Cliche a tenu à souligner le ton « cordial et respectueux » lors des rencontres. « Tout le monde a pu émettre son opinion, qu’il soit favorable ou non à la mise en marché collective, de façon beaucoup plus posée que lorsque le sujet avait été abordé en 2017 », mentionne-t-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires