Le Bureau du cinéma et de la télévision ouvre malgré tout

Le Bureau du cinéma et de la télévision ouvre malgré tout

Daniel Ferland, directeur général du BCTCA.

Crédit photo : Gracieuseté

Le Bureau du cinéma et de la télévision de Chaudière-Appalaches (BCTCA) espère doubler le nombre de productions étrangères sur la Rive-Sud de Québec.

L’organisme s’inscrit comme le pivot pour le cinéma dans la région. Même si le financement de ses projets n’a pas été retenu par le Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), le directeur général et cofondateur du Bureau du cinéma et de la télévision, Daniel Ferland, va multiplier les activités d’information et de formation dans la prochaine année.

La fonction principale du BCTCA sera de créer des ponts avec les réalisateurs de l’extérieur pour qu’ils viennent filmer leurs productions ici, sur les 16 000 kilomètres carrés que compte la région administrative numéro 12. Grâce à la mise sur pied d’une banque de lieux de tournage, d’hôtels où rester, de restaurants ou de traiteurs avec faire affaires, l’organisme sera en mesure de «vendre» la région aux grands producteurs.

Les cinéastes auront aussi la possibilité de solliciter le BCTCA pour les demandes de permis de tournage dans les lieux publics ou privés. Ils se serviront de leurs contacts pour faire des liens avec les municipalités, les MRC.

Leur offre s’étend aussi au prêt de ressources matérielles, costumes et décors.

Consolider le répertoire

Le Bureau va se promener dans plusieurs endroits de Chaudière-Appalaches pour faire la promotion des besoins en cinéma. La population et les commerçants pourront proposer leurs propriétés et services afin de mettre à jour et compléter la banque de données du BCTCA.

Pour connaître le lieu et le moment de leur passage, consultez la section événement de leur page: facebook.com/bctca.caftc.

Toujours en collaboration

Daniel Ferland et les membres du conseil d’administration ne travailleront pas en silo. Ils ont l’intention de s’arrimer aux instances existantes en tourisme et culture.

Déjà en 2017, le BCTCA a comptabilisé 11 productions en Chaudière-Appalaches pour près de 300 000 $ d’argent dépensé. Depuis le début de l’année, au moins quatre projets sont en bonne position pour être réalisées dans la région.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar