Camille Villeneuve a joué dans 701 clubs de curling différents

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Camille Villeneuve a joué dans 701 clubs de curling différents
Camille Villeneuve (à gauche) pose avec Luc Morin et Éric Rouillard, président et gérant du Club de curling Beauce-Sartigan.

Le Club de curling Beauce-Sartigan a accueilli de la grande visite le 15 décembre en après-midi.

Camille Villeneuve, 91 ans, a choisi le bâtiment de Saint-Honoré-de-Shenley pour en faire le 701e club où il aura joué des parties amicales.

Originaire du Lac-Saint-Jean, ce dernier s’est intéressé au curling à 38 ans après avoir accroché ses patins comme gardien de but. Camille Villeneuve aimait tellement ce sport qu’il souhaitait visiter le plus grand nombre possible de clubs.

«Au départ, mon but était de jouer dans tous les clubs de curling du Québec. Quand j’ai reçu un certificat de reconnaissance après la visite de mon 100e club, ça m’a donné le goût de continuer et d’aller ailleurs au Canada et aux États-Unis», explique-t-il.

Dans son parcours, Camille Villeneuve a visité les dix provinces canadiennes, ainsi que quelques villes aux États-Unis. «Quand j’ai entendu dire qu’il y avait un nouveau club au Québec, à Saint-Honoré-de-Shenley, ça se pouvait pas que j’aille pas le visiter», confirme celui-ci.

Souvenirs

Les gens présents au Club de curling Beauce-Sartigan ont eu la chance de consulter plusieurs albums photo soulignant le parcours en curling de Camille Villeneuve. Celui-ci avait également apporté des cadres vitrées où se trouvaient des épinglettes et écussons aux effigies des clubs et territoires visités.

Camille Villeneuve utilise une baguette spéciale pour glisser sa pierre en restant debout.

Camille Villeneuve ne cache pas qu’il aimerait figurer un jour dans le livre Guinness des records, et même dans le Temple de la renommée du curling canadien. «J’aime le curling pour l’esprit d’équipe. L’art de lire une glace demande beaucoup d’expérience», pense-t-il.

Ne pouvant plus se pencher pour glisser sa pierre, Camille Villeneuve utilise une baguette spéciale lui permettant de la propulser en restant debout. À Saint-Honoré-de-Shenley, il a fait équipe avec des joueurs juniors.

«Le manque de relève me fait de la peine. Quand je vois des jeunes jouer au curling et avoir du plaisir, j’admire ça beaucoup. Il n’est pas question que j’arrête le curling. Je veux encore visiter d’autres clubs», dit M. Villeneuve.

Éric Rouillard, gérant du Club de curling Beauce-Sartigan, a été enchanté par la générosité de Camille Villeneuve. «Il a pris le temps de rencontrer les gens et prononcer un discours. C’est impressionnant d’avoir tenu cet événement multigénérationnel», mentionne-t-il.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des
Eric Rouillard
Invité
Eric Rouillard

Des jeunes de 14 et 16 ans dans la même équipe qu’un moins jeune de 91 ans tout aussi performant…un sport pour tous!

Georges Henri Poirier
Invité
Georges Henri Poirier

Où se procurer l’adapteur pour mette sur un baton de curling afin de faire glisser sa pierre comme M. Villeneuve