Manger local en Chaudière-Appalaches

Marie-Eve Groleau megroleau@icimedias.ca

Manger local en Chaudière-Appalaches
L'atteinte d'une plus grande autonomie alimentaire peut passer par l'élaboration de mesures destinées à encourager l'achat local. (Photo : gracieuseté)

ÉCOLOGIE. La Table agroalimentaire de Chaudière-Appalaches invite, dès le mois de septembre, les citoyens, les entreprises et les institutions à l’alimentation et à l’achat local. Elle met en œuvre des actions de développement du secteur bioalimentaire dont l’intention est de mobiliser les gens à la redécouverte de la culture et des produits de proximité.

Un Guide manger local adapté et gratuit a été conçu pour la région de Chaudière-Appalaches vers une transition progressive d’une alimentation locale.

« Nous avons répertorié tous les Arrêts gourmands dans notre grande région. Dans la Beauce, il y a par exemple, le Verger l’Argousière à Saint-Côme-Linière, les Serres et Potagers Frescas qui offrent des micro-pousses à Saint-Bernard et le Regroupement des Bleuetières qui couvre tout le territoire. Plusieurs chefs de la Beauce donneront des ateliers de recettes cuisinées avec des produits d’ici, présentées aussi dans le Guide. On invite les citoyens à redécouvrir les fermes à proximité par des visites guidées et des rencontres avec les producteurs », débute le coordonnateur de la Table agroalimentaire, Lucas Grolleau.

La région de Chaudière-Appalaches est l’une des plus productrices de fruits et de légumes biologiques au Québec. 

« On souhaite créer un mouvement, un engagement envers nos producteurs locaux et ceux qui offrent des produits de la terre biologiques. Le prix de l’essence est très dispendieux et nous considérons qu’au final, il est plus profitable et bon marché de s’approvisionner à proximité. Nous encourageons ultimement l’autosuffisance », défend M. Grolleau.

L’autosuffisance fait aussi référence à l’approvisionnement des institutions comme les CHSLD, les milieux hospitaliers et les CPE.

« Notre défi Manger local s’adresse aussi aux institutions en termes d’achats locaux et d’autosuffisance, malgré les contraintes de grands volumes de production. Nous mettons en place des pistes de réflexion dans l’objectif d’entrer de plus en plus d’aliments et de produits locaux dans les institutions. Nous organisons un marché local au CHUL à Québec et nous espérons répéter l’expérience en Chaudière-Appalaches », présente-t-il.

Le défi Manger local rassemble près de 1000 participants. L’inscription à l’infolettre du Regroupement des Tables de concertation bioalimentaire du Québec est gratuite tout au long du mois de septembre.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires