Un parc à chiens pourrait voir le jour à Saint-Georges

Une rencontre entre un comité bénévole pour l’ouverture d’un parc canin et le maire de Saint-Georges, Claude Morin, se tiendra au courant de la semaine afin de discuter des modalités du projet.

«S’il y a vraiment des gens qui sont prêts à s’engager fermement et sérieusement, le parc pourrait ouvrir très rapidement. C’est certain que ce n’est pas la Ville qui va passer le râteau, il y a beaucoup de gestion là-dedans», explique M. Morin.

Une pétition lancée le 28 avril sur les réseaux sociaux a ramené à la surface le sujet de l’ouverture d’un parc à chien à Saint-Georges. L’auteure de la pétition qui regroupe plus de 420 signatures, Mélissa Landry, affirme que déjà quatre personnes l’ont contactée pour faire partie du comité-bénévole avec elle.

«Quand j’habitais à Shannon j’allais souvent au parc canin et ça a beaucoup amélioré le comportement de mon chien. Nous aussi, les maîtres, on fait de belles rencontres et on s’entraide», raconte la jeune femme qui réside à Saint-Benoît depuis deux ans.

De son côté, le maire affirme que c’est un dossier qui revient chaque printemps et que l’an dernier, le projet n’avait pu voir le jour en raison de la dissolution du conseil d’administration.

«Tout est en place pour l’ouverture d’un parc. L’emplacement est déjà choisi et les coûts sont mineurs. Il va juste falloir contrôler l’accès, il ne faut pas que ça devienne une place où les chiens tombent tous malades», déclare-t-il.

Modalités

L’emplacement priorisé par la Ville est le site de dépôt à neige, situé près du centre de ski à Saint-Georges. Toutefois, Mélissa Landry croit que le Parc des Sept-Chutes serait un endroit avantageux.

«Les gens se promènent déjà dans cette zone avec leur chien et c’est un endroit plus près et plus facilement accessible pour la population, à mon avis», soutient-elle.

L’entretien d’un parc canin comprend entre autres, à ramasser les excréments, vider les poubelles, entretenir le gazon, déneiger l’entrée l’hiver et réparer les bris s’il y a lieu.

La résidente de Saint-Benoît a récolté les statistiques et règlements de huit parcs à chiens au Québec. Parmi les règlements récurrents, notons l’entrée interdite aux enfants de moins de 12 ans, l’accès exclusive aux chiens, l’interdiction aux canins qui présentent des symptômes de maladies ainsi que la responsabilité des maîtres à garder les lieux propres.

Rappelons qu’à Saint-Georges, plus d’un foyer sur cinq possède un chien.