COVID-19: Chaudière-Appalaches passe au jaune

Photo de Andréanne Huot
Par Andréanne Huot
COVID-19: Chaudière-Appalaches passe au jaune
Le système d'alertes régionales et d'intervention graduelle du Gouvernement du Québec. (Photo : Gouvernement du Québec)

Le système d’alerte d’alertes régionales et d’intervention graduelle est passé au jaune pour quatre régions au Québec, dont Chaudière-Appalaches, a annoncé le premier ministre du Québec, François Legault lors de son point de presse quotidien.

Passer du vert au jaune signifie que les activités peuvent se maintenir dans la région, mais des mesures spécifiques sont à prévoir, comme des vérifications plus fréquentes de la part des policiers en ce qui concerne le respect des mesures sanitaires, comme il a été possible de le voir dans d’autres régions du Québec dans la dernière semaine.

Selon le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches, le deuxième palier, Préalerte (jaune), s’impose lorsque la transmission commence à s’accroître. Les mesures de base sont alors renforcées et davantage d’actions sont déployées pour promouvoir et encourager leur respect. Les paliers d’alertes sont établis suivant les recommandations des autorités de santé publique, qui font une analyse régulière de la situation en tenant compte de la situation épidémiologique, du contrôle de la transmission et de la capacité du système de soin.

Dans la région de Chaudière-Appalaches, cette décision s’explique par un nombre de cas plus élevé que la normale et des éclosions plus importantes, notamment dans des résidences pour personnes âgées.

Mesures mises en place dans la région

Pour la population et les entreprises de la région, l’atteinte du palier jaune correspond à la mise en place de quelques mesures. Les inspections dans les milieux de vie pour aînés et personnes vulnérables seront augmentées. Pour les proches aidants, bien que le CISSS-CA souhaite maintenir l’accès sécuritaire aux milieux de vie (CHSLD, RPA, ressources intermédiaires ou ressources de type familial), les visiteurs seront triés afin de s’assurer que personne ne présente de symptômes d’infection respiratoire. Aucune personne symptomatique n’est admise dans ces milieux de vie. De plus, les visiteurs doivent porter un masque de procédure en tout temps pendant la visite.

Il y aura une augmentation de la surveillance des milieux de travail par des inspections pour vérifier le respect des mesures et pour apporter des correctifs au besoin. Le recours accru au télétravail, lorsque possible, est encouragé.

Du côté du CISSS-CA, l’organisation doit maintenir une capacité de prélèvements dans l’ensemble de la région et ajouter des cliniques au besoin. Une clinique de dépistage ouvrira cette semaine dans le secteur de Lévis. Le CISSS-CA va également rappeler l’importance de respecter les mesures de la santé publique dans la communauté, dans les milieux de vie et dans les entreprises.

«Protéger nos personnes vulnérables en CHSLD, RPA ou autres milieux de vie, c’est notre priorité. Il faut rester vigilant, la solution est simple, nous devons tous respecter les mesures de la santé publique», souligne la directrice régionale de santé publique de Chaudière-Appalaches, Dre Liliana Romero par voie de communiqué.

De plus, la direction de santé publique de Chaudière-Appalaches communiquera une fois par semaine avec les maires de la région. Une première rencontre téléphonique a d’ailleurs eu lieu le 15 septembre selon le maire de Saint-Georges, Claude Morin.

«Il faut que tout le monde suive les consignes sanitaires le plus possible, que ce soit la distanciation sociale de deux mètres, le lavage des mains régulièrement et le port du masque», indique-t-il.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des