D’acériculteur à collectionneur

Résident de Saint-Georges, André Nadeau travaille dans le monde acéricole depuis une soixantaine d’années. Celui-ci a développé ce qu’il appelle à la blague une «maladie» tellement il s’est procuré des instruments agricoles de toutes les époques et domaines.

«Dans ce que je possède, j’ai entreposé une trentaine de voitures à cheval, dont une voiture qu’un de mes oncles a achetée en 1914. En acériculture, j’ai aussi plusieurs chalumeaux de bois et en métal ainsi que quelques goudrelles en bois», dit-il.

Sa plus belle pièce reste toutefois un casseau conçu en bouleau datant des années 1700.

«Il servait à amasser l’eau d’érable chez les autochtones. Je l’ai trouvé par hasard dans un marché aux puces à Saint-Côme. La personne qui me l’a vendu ne savait pas ce que c’était, mais j’ai appris sa grande valeur quand un autochtone l’a examiné lors d’une exposition agricole», se rappelle-t-il.

André Nadeau aime partager ses trouvailles avec le public et transmettre aux jeunes des faits historiques sur notre patrimoine agricole. Âgé de 79 ans, ce dernier garde aussi la forme en s’occupant de son érablière de 3500 entailles à Saint-Jean-de-la-Lande.

«Je n’ai jamais retravaillé des instruments anciens. Il suffit de les garder à l’abri des intempéries dans un endroit pas trop sec ou trop humide pour bien les conserver», mentionne-t-il.

En compagnie de dix autres collectionneurs, il présente actuellement quelques-unes de ses pièces à l’exposition «Il était une fois le lait et ses dérivés» au centre culturel Marie-Fitzbach à Saint-Georges.

«Sur place, on retrouve par exemple les premiers séparateurs à crème conçue en Beauce par Jos Côté à Saint-Éphrem en 1937. Plus tard, la compagnie a déménagé à Saint-Georges et changé de domaine et de nom pour devenir Comact», précise-t-il.

Autre texte sur le sujet :

http://www.leclaireurprogres.ca/culture/2016/3/10/le-patrimoine-agricole-est-tres-riche-en-chaudiere-appalaches.html

Collectionneurs représentés à l’exposition «Il était une fois le lait et ses dérivés»

– Édouard Audet (Saint-Isidore)

– Alcide Demers (Saint-Côme)

– Gilles Gilbert (Saint-Côme)

– Robert Giroux (Saint-Georges)

– Normand Labbé (Saint-Georges)

– André Nadeau (Saint-Georges)

– Jean-Paul Paré (Saint-Pierre-de-Broughton)

– Robert Paré (Saint-Frédéric)

– Jean-Denis Roy (Saint-Jules)

– Yvon St-Hilaire (Saint-Joseph)

– Claude Vachon (Saint-Joseph)