Décès accidentel à Saint-Côme

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Décès accidentel à Saint-Côme

Henri Lévesque, 86 ans de Saint-Théophile, est décédé le week-end dernier sur la route 173 à Saint-Côme.

Les policiers ont trouvé la victime le matin du 18 avril après avoir été alertés à 7h50 par des amis qui n’avaient pas de nouvelles de l’octogénaire. Henri Lévesque était alors inconscient et coincé sous un arbre.

Le Beauceron a été transporté à l’Hôpital de Saint-Georges où son décès a été constaté. La Sûreté du Québec conclut à une mort accidentelle par écrasement.

Incendie d’une cabane à sucre

Un incendie a détruit une cabane à sucre le 14 avril à 13h40 sur le chemin du Raccourci à Beauceville. Le bâtiment était complètement enflammé à l’arrivée des pompiers de Beauceville qui ont reçu l’aide de leurs collègues de Saint-Victor et Saint-Georges.

Selon le chef Daniel Fortin, le brasier proviendrait d’une étincelle atterri dans l’entrepôt de bois. Le feu s’est propagé à cause des forts vents.

Vols, méfait et alcool

Une plainte a été déposée le 14 avril auprès de la Sûreté du Québec concernant un vol survenu dans une maison sur le boulevard Lacroix à Saint-Georges. Le ou les voleurs sont repartis avec divers objets dont la valeur combinée est évaluée à 750 $.

Trois jours plus tard, une autre plainte a été enregistrée pour une infraction similaire dans un chalet à Saint-Simon-les-Mines. Entre le 12 et le 17 avril, une scie à chaîne, une génératrice et une ceinture de construction pour électricien sont disparues. Les objets dérobés valent conjointement 1000 $.

Un méfait a été commis le 17 avril sur un véhicule stationné à Saint-Georges sur la 27e Rue. La vitre d’un Honda Civic 1996 a été fracassée par ce qui semble être un plomb. Les dommages sont estimés à 700 $.

Toujours à Saint-Georges, un homme de 43 ans a été arrêté dans la nuit du 18 avril sur la 129e Rue. Il affichait un taux d’alcoolémie de .12.

Fraudes chez les aînés

Présentement au Québec, des individus se font passer pour les petits-enfants de certains aînés afin de leur soutirer de l’argent. Ils prétendent avoir des problèmes et insistent pour que leurs parents ne soient pas mis au courant, tout en mentionnant un remboursement dès que possible.

Ces escrocs peuvent aussi avoir un complice entrant en communication avec la personne âgée en prétendant être un policier ou un avocat.

La Sûreté du Québec rappelle qu’en pareil cas, les aînés doivent s’assurer de l’identité de l’interlocuteur en lui posant quelques questions personnelles auxquelles seuls leurs vrais petits-enfants sauraient répondre. Il faut demander des détails et valider ces informations avec les parents ou d’autres membres de la famille.

Il importe également de ne jamais faire un virement d’argent télégraphique en toutes circonstances. Ne fournissez jamais votre numéro de carte de crédit par téléphone ou sur Internet, à moins d’être sûr du destinataire.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des