Des bornes de recharge électriques peu utilisées

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Des bornes de recharge électriques peu utilisées

Même si les voitures électriques et hybrides gagnent lentement mais sûrement en popularité, les bornes publiques de recharge sont rarement utilisées en Beauce.

À lire aussi : Hausse d’intérêt pour l’électrique chez les concessionnaires

Présentement, il existe 19 bornes dans la région au nom de FLO ou Circuit électrique, deux réseaux de bornes de recharge. Ces dernières appartiennent à des groupes publics et des entreprises privées.

«Pour chaque borne, 50 % des fonds amassés lors des recharges vont à Hydro-Québec, l’autre moitié allant au propriétaire qui l’a achetée. Une borne de 240 volts coûte entre 5000 et 7000 $, alors que c’est de 60 000 à 70 000 $ pour 400 volts. Les recharges moyennes complètes vont de deux heures (240 volts) à 20 minutes (400 volts)», précise Louis-Olivier Batty, porte-parole pour Hydro-Québec.

Expansion différente

Au niveau du secteur public, le Cégep Beauce-Appalaches possède deux bornes de 240 volts. Un total de 152 raccordements se sont produits entre octobre 2017 et 2018. Le temps de connexion total a été de 722,56 heures, soit moins de deux heures par jour, au tarif d’un dollar pour 60 minutes.

Le Cégep Beauce-Appalaches possède deux bornes et en installera deux autres l’an prochain.

«Nous avions inclus ce projet dans la réfection de notre stationnement en 2016. C’était pour offrir un service à la population et pas dans une optique de rentabilité. Deux autres bornes seront installées en 2019», dit François Talbot, coordonnateur des ressources matérielles au cégep.

En octobre 2013, Ville de Saint-Georges avait déboursé 7000 $ pour installer une borne de 240 volts sur le stationnement des Bâtisseurs, à l’intersection de la 2e Avenue et de la 112e Rue.

Sur les douze derniers mois, 130 sessions ont eu lieu sur 658 heures pour une moyenne de 100 minutes par jour. Une somme de 322,50 $ a été amassée grâce aux branchements.

«Nous étions ouverts à l’idée, mais on voit que l’offre ne suit pas la demande pour l’instant. Nous avons des fonds placés pour une deuxième borne au centre-ville. Jusqu’ici, il n’y a pas eu des demandes citoyennes, et si ça arrive, ce ne sera pas une borne à recharge rapide», affirme Claude Morin, maire de Saint-Georges.

Pour dépanner ?

Parmi les entrepreneurs privés ayant acheté des bornes, on retrouve Julien Marcoux et Antonio D’Amico. Propriétaires de l’Espace Notre-Dame, bâtiment locatif pour entrepreneurs à Notre-Dame-des-Pins, ils ont inclus deux bornes à 240 volts dans leurs plans de construction.

«On a déboursé 15 000 $ de notre poche pour offrir ce service aux clients. Même si 90 % des branchements actuels sont reliés à nos voitures personnelles ou celles des entrepreneurs, on sait que l’électrification des transports est à nos portes. Nous avons pris les devants», dit M. Marcoux.

La borne de Ville Saint-Georges est située près du centre sportif Lacroix-Dutil.

Louis-Olivier Batty rappelle également que presque tous les propriétaires de véhicules électriques et hybrides possèdent une borne de recharge à la maison. «La recharge principale se fait surtout à domicile. Les bornes publiques sécurisent les utilisateurs qui peuvent compter sur une recharge au besoin», mentionne-t-il.

Les cartes interactives identifiant l’emplacement des bornes sont disponibles sur les sites du Circuit électrique et de FLO.

Emplacements des bornes du Circuit électrique et de FLO

Saint-Ludger : Hôtel de ville (1)

Saint-Georges : Carrefour Saint-Georges (2), Cégep Beauce-Appalaches (2), Centre sportif Lacroix-Dutil (1), Hôpital de Saint-Georges (1), Les Pères Nature (2)*, Resto Saint-Hubert (1), Siège social CSBE (2), Vallée Automobile (1)

Notre-Dame-des-Pins: Espace Notre-Dame (2)

Sainte-Marie : Resto Saint-Hubert (2)*

Saint-Frédéric : Hôtel de ville (1)

Saint-Bernard : Aliments Breton (1)

* Ces emplacements possèdent une borne de 240 volts (standard) et une borne de 400 volts (recharge rapide).

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des
André Bastien
Invité
André Bastien

2 heures par jour, c’est un bon début. Comme les ventes de véhicules électriques au Québec ont plus que doublée cette année par rapport à 2017 et que cette croissance est du même ordre d’année en année, les recharges vont augmenter au même rythme. Mais il faut mettre le bon type de borne au bon endroit. Les bornes 240 volts sont relativement lentes et fournissent 40 km d’autonomie par heure. On doit les placer là où les utilisateurs potentiels restent longtemps sur place, au moins 2 heures. Elles peuvent aussi être utiles près des habitations multiples (condo ou location) où… Read more »