Des golfeurs déjà nombreux sur les verts

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
Des golfeurs déjà nombreux sur les verts
Les conditions des verts étaient parfaites en avril, malgré des journées froides et deux averses de neige. (Photo : L’Éclaireur Progrès – Frédéric Desjardins)

En raison du printemps hâtif, la saison de golf s’est amorcée plus tôt qu’à l’habitude. Au sud de la région, les clubs prévoient plus de visiteurs que l’an dernier, même si la saison 2020 s’était conclue par des records d’achalandage.

« Nous avons eu 36 000 rondes de golf en 2020. C’est 15 % de plus qu’une saison moyenne. Les conditions de jeu étaient excellentes. Le golf était l’un des seuls sports accessibles durant la pandémie. À cause de ça, on avait recruté de nouveaux membres. Plusieurs ex-joueurs ont renoué avec ce sport. On s’attend à la même chose cette année », mentionne Maïté Boily, directrice générale du Club de golf de Saint-Georges.

Le club a accueilli ses premiers golfeurs le 7 avril. « Sauf lorsqu’il a neigé (22-23 avril), il y a eu des joueurs presque tous les jours. Comme l’hiver a été doux, on n’a recensé aucun dommage sur le terrain », dit Mme Boily.

Au coût de 2,5 M$, le pavillon du club a subi une importante cure de rajeunissement. « Ce chalet est notre grande fierté. Dès la fin de la pandémie, nous pourrons accueillir des événements 12 mois par année », indique Maïté Boily.

Maïté Boily, directrice générale du Club de golf de Saint-Georges.

Au Golf du Moulin Laflamme à Saint-Benoît-Labre, le chalet principal subit aussi des rénovations. Cela comprend notamment l’aménagement d’une terrasse au deuxième étage.

« On a ouvert notre club le 31 mars, pendant la vague de chaleur. Les golfeurs avaient très hâte de recommencer à jouer et prendre l’air. Ce sera une autre saison intéressante sur notre parcours de neuf trous », indique Tommy Hazen, directeur adjoint.

Le Club de golf de Saint-Benjamin a augmenté du tiers son achalandage en 2020. Selon la gérante Sylvie Faucher, des résidents en Beauce et dans les Etchemins ne savaient pas qu’il existait un club à Saint-Benjamin.

« C’est un trésor caché. Notre site de 18 trous est particulièrement beau en automne. Même si ça va mieux (COVID-19), beaucoup de gens reviendront nous voir », affirme celle-ci.

Aucun masque sur le terrain

Le 13 avril, le gouvernement provincial imposait le port du masque pour la pratique des activités physiques extérieures. Il aura fallu seulement une journée pour que François Legault rectifie le tir sur sa page Facebook.

Chaque groupe de golfeurs doit respecter la distanciation de deux mètres.

« L’objectif de cette mesure, c’est d’empêcher la transmission du virus quand des personnes d’adresses différentes restent à moins de deux mètres. Dans une situation où on est certain de toujours rester à plus de deux mètres, par exemple le tennis ou le golf, il n’est pas nécessaire de porter le masque », a écrit le premier ministre le 14 avril.

De nombreux clubs et associations avaient réagi promptement à la décision initiale, y compris dans notre région.

« On comprend le port du masque dans le chalet, mais dehors, les golfeurs peuvent garder leurs distances. Chaque voiturette est munie d’un séparateur (entre les sièges). Il y a un système pour récupérer la balle sans mettre la main dans le trou. On fait même des départs croisés. Les clubs se sont tous adaptés à la pandémie. Nous voulons rester ouverts », conclut Maïté Boily.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires