Des séances en chambre hyperbare pour aider Blue Ève

Photo de Andréanne Huot
Par Andréanne Huot
Des séances en chambre hyperbare pour aider Blue Ève
La jeune Blue Ève Emond est atteinte de dyspraxie verbale et motrice ainsi que de dysphasie.

Une mère monoparentale de trois enfants de Saint-Zacharie, Erika Emond, vient de lancer une campagne de sociofinancement sur le site GoFundMe dans le but d’offrir à sa fille de quatre ans de meilleures chances dans la vie grâce à la location d’une chambre hyperbare.

La petite Blue Ève Emond souffre de dyspraxie verbale sévère à modérée, de dyspraxie motrice légère et de dysphasie modérée, explique sa mère, Erika Emond.

La petite est suivie au Centre de réadaptation en déficience physique à Beauceville. Elle voit aussi une orthophoniste une fois par semaine et auparavant, elle a été suivie en physiothérapie et en ergothérapie. Grâce à ces suivis, la petite a fait du progrès, affirme Mme Emond.

Elle ajoute s’être fait conseiller d’essayer les séances en chambre hyperbare puisqu’il y a habituellement de bons résultats pour les enfants atteints de dyspraxie sévère.

Cependant, l’achat d’une chambre hyperbare frôle les 20 000 $, ce que Mme Emond n’a pas. Elle a donc choisi de la louer, mais là encore, elle n’en a pas les moyens. Pour la location sur une période de 40 jours, le prix est de 2 300 $. «Je suis monoparentale et mère de trois enfants. Je ne peux emprunter pour ça, donc j’ai fait un GoFundMe pour la louer pour commencer», explique-t-elle.

Beaucoup de soins et de rendez-vous

Avec un seul salaire et la nécessité d’avoir une nounou à domicile, car sa fille a besoin de soins constants, Mme Emond sollicite donc l’aide de la population afin de pouvoir défrayer les coûts et ainsi, offrir un maximum de chance à sa fille pour le futur.

Elle ne souhaite pas s’apitoyer sur son sort et continue de mener les combats de son quotidien. Elle doit aussi «courir après les rendez-vous» avec différents professionnels de la santé régulièrement. «C’est difficile, mais je pense que c’est le lot de toutes les familles qui ont des enfants avec des problèmes spécifiques. On est pris dans une boucle sans fin à essayer de trouver une façon d’offrir le meilleur possible à nos enfants», indique-t-elle en terminant.

Il est possible de donner un coup de main à Erika Emond et Blue Ève en se rendant au www.gofundme.com et en recherchant «sous-marin hyperbare pour Blue Ève».

Qu’est-ce que la dysphasie?

Selon l’Ordre des orthophonistes et des audiologistes du Québec, la dysphasie, ou trouble primaire du langage, ou trouble développemental du langage, est une atteinte neurologique qui persiste tout au long de la vie. Ce trouble affecte l’expression ou l’expression et la compréhension du langage. La dysphasie touche de façon variable plus d’une composante du langage.

Qu’est-ce que la dyspraxie

Selon l’Institut des troubles d’apprentissage de Montréal, la dyspraxie est une atteinte neurologique, présente chez environ 6 % des enfants, se traduisant par un trouble, plus ou moins sévère, de la planification et de la coordination des mouvements nécessaires à l’exécution d’une action volontaire. Cela se traduit par une difficulté à penser et à organiser une action dans sa tête et à rendre cette action de plus en plus automatique de façon à l’exécuter sans y repenser.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des