Deux amies françaises vivront leur deuxième Noël à Saint-Georges

Photo de Amélie Carrier
Par Amélie Carrier
Deux amies françaises vivront leur deuxième Noël à Saint-Georges
Delphine Garchitorena Arraztoa et Angélique Bideault.

Établies à Saint-Georges depuis les mois de septembre et de décembre 2017, les Françaises Angélique Bideault et Delphine Garchitorena Arraztoa vivront cette année leur deuxième Noël en Beauce. Lors de notre rencontre avec ces dernières, les deux amies en ont profité pour identifier les principales traditions qui se rattachent à cette célébration de l’autre côté de l’océan Atlantique.

Angélique, originaire de la Normandie, située au nord-ouest de la France, et Delphine, native de la région de Pau, située au sud-ouest du pays, s’entendent d’abord pour affirmer que la période des Fêtes se met en branle vraiment plus tôt ici.

«Chez nous, les décorations de Noël sont davantage visibles dans les rues qu’en dehors des maisons, et elles sont seulement illuminées à partir du 1er décembre, puis retirées dès le 6 janvier, pour l’Épiphanie. Au Québec, dès que l’Halloween est terminé, soit le 1er novembre, nous en voyons partout», explique l’une d’entre elles.

Les sapins, qu’ils soient naturels ou artificiels, de même que les crèches et les bas de Noël, représentent de leur côté l’essentiel du décor installé pendant la première fin de semaine de décembre au cœur des résidences. «Nous avons beaucoup moins de choix de décorations intérieures que vous, même dans nos grands magasins», ajoute Angélique.

Le calendrier de l’Avent est également une tradition qui se transmet de génération en génération. «Tout le monde a son calendrier, autant les petits que les adultes. Nous y retrouvons habituellement du chocolat, mais aussi du thé, des confitures ou des jouets», précise Delphine.

Alors que la fête de Noël y est célébrée en famille, la soirée du 31 décembre et le Jour de l’An y sont plutôt célébrés entre amis. Les partys de bureaux sont quant à eux un peu moins répandus.

Nourriture typique

La plus grande différence se situe toutefois au niveau des plats emblématiques qui sont concoctés dans les familles les 24 et 25 décembre.

Alors que le Québec est entre autres reconnu pour ses dindes, ses pâtés à la viande et au poulet, ses tourtières, ses nouilles chinoises, ses bûches de Noël, ses tartes au sucre, son fudge et son sucre à la crème, c’est une tout autre affaire outre-mer.

«Pour le Réveillon, il n’est pas rare de festoyer avec des huîtres, du foie gras, du saumon fumé et du boudin blanc avec des pommes, selon les endroits. Nous mangeons parfois de la dinde, mais elle est normalement plus petite qu’ici. Au dessert, les bûches de Noël glacées, les truffes au chocolat, les bonhommes en pain d’épices ainsi que les cannes de bonbons font souvent partie de notre menu», renchérissent les principales intéressées.

Notons que le vin rouge, le vin blanc, le vin chaud et le champagne sont les boissons qui servent d’accompagnement aux repas festifs là-bas.

Marchés de Noël

En France, il y a des marchés de Noël extérieurs à tous les week-ends de décembre. «J’ai dû vérifier les dates des marchés de Noël de Saint-Georges et des municipalités environnantes à plusieurs reprises par peur de les manquer, puisque la plupart d’entre eux ne durent que deux jours», confie Delphine.

En plus de cette activité qui se déroule au mois de décembre, les différents centres d’achat du pays offrent la possibilité aux enfants de rencontrer le père Noël, comme c’est le cas dans les centres commerciaux, par exemple.

Toutes deux mamans, elles estiment d’ailleurs que ce moment de l’année passée dans notre province s’avère particulièrement agréable pour les familles. «Le froid, la neige et la très grande quantité de décorations autour de nous accentuent définitivement l’esprit de Noël dans lequel on se trouve au quotidien», conclut Angélique.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des