Discussions houleuses au sujet de la rivière au conseil de Beauceville

Photo de Andréanne Huot
Par Andréanne Huot
Discussions houleuses au sujet de la rivière au conseil de Beauceville
Le maire François Veilleux a rencontré la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault lors de l'inondation. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Archives)

Il faut que cela cesse. Il ne faut pas attendre qu’il y ait une autre débâcle avant de faire des actions, ont clamé deux citoyens en interpellant les élus le 12 août, au conseil municipal de Beauceville.

Selon Noël Cloutier et Louis Goulet, il ne se passe rien de concret concernant les mesures d’atténuation qui pourraient être réalisées afin d’éviter de futures inondations à Beauceville.

«On n’a pas avancé beaucoup [dans ce dossier], confirme le maire François Veilleux. On a des restrictions vis-à-vis du ministère de l’Environnement. Le projet, on le comprend et on y croit, mais c’est tellement long. On n’a pas le choix de passer par l’Environnement».

Le projet serait de travailler le lit de la rivière pour en réduire les méandres et de construire un barrage à Beauceville afin de retenir les glaces. M. Goulet a offert ses services au maire afin d’aller rencontrer les fonctionnaires du ministère de l’Environnement. Une rencontre était prévue entre les deux hommes le 13 août au matin.

«La débâcle a le temps d’arriver avant que l’Environnement prenne une décision», se désole M. Goulet.

Cependant, le directeur général Félix Nunez a indiqué que le gouvernement a mandaté le ministère de la Sécurité publique, ainsi que Ouranos, pour identifier les mesures d’atténuation nécessaires afin d’éviter les inondations.

Selon M. Nunez, ces spécialistes se rendront à Beauceville dans les prochaines semaines afin de consulter les élus et la population. M. Nunez a invité M. Goulet à être présent, étant donné son expertise concernant la rivière Chaudière.

Deux résidences démolies

Le conseil a décidé d’acquérir pour le prix symbolique de 1 $ deux terrains situés au 502 et 550 boulevard Renault. Ces résidences seront démolies, celles-ci se trouvant dans la zone d’intervention spéciale (ZIS) et en zone inondable. La construction sera dorénavant interdite à ces endroits.

Diminution de vitesse et nouvelle rue

La limite de vitesse sera abaissée de 50 km/h à 30 km/h dans la 100e Rue, a indiqué le conseiller Keven Boutin. Il s’agit d’une demande citoyenne, car de nombreuses jeunes familles résident dans cette rue.

Une demande semblable a été effectuée pour le secteur de la Route de la Chapelle. La limite est de 70 km/h et passera à 50 km/h, en raison du développement domiciliaire qui s’y retrouve.

De plus, la ville construira une nouvelle rue dans le parc industriel, qui portera le nom de 57e Avenue. Les terrains se vendent bien dans le parc industriel, puisqu’il s’en est vendu cinq depuis le début de l’année.

Achat d’une camionnette

La ville a accepté la soumission de Beauce Auto pour l’achat d’une camionnette de type «pick-up» pour le service des incendies, au coût de 44 425,19 $ excluant les taxes. Cet équipement est nécessaire et une partie du coût sera subventionné par les autres municipalités de la MRC Robert-Cliche, car il s’agit d’un service supra-local.

Partager cet article

1
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Residente Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Residente
Invité
Residente

100 ième rue y’a un bon trou en bas ça fais ralentir croyez moi même pas réparer encore
Pis l éclairer serais pas pire