Faire connaître l’accessibilité des parcs de Saint-Georges aux personnes handicapées

Photo de Amélie Carrier
Par Amélie Carrier
Faire connaître l’accessibilité des parcs de Saint-Georges aux personnes handicapées
Le parc Bélair (Arboretum) a été mis à l'épreuve par les membres de l'APHC. (Photo : Gracieuseté)

Conçu par et pour les personnes ayant une limitation fonctionnelle grâce à l’aide financière fournie par le programme Impact Loisir 2018-2019, le projet intitulé Vivre ma ville a officiellement été lancé cet après-midi.

Issu d’une collaboration entre l’Association des personnes handicapées de la Chaudière (APHC) et la Ville de Saint-Georges, son but est de faire connaître l’accessibilité d’un total de 10 parcs situés sur le territoire de la municipalité beauceronne à des personnes se déplaçant en fauteuil roulant ou avec l’aide d’une marchette et aux gens ayant une déficience visuelle, entre autres.

Les membres de l’APHC ont joué au shuffleboard au parc des Sept-Chutes.

«La mission première de celui-ci est de faire sortir les personnes à mobilité réduite à l’extérieur afin de profiter des sites, souvent à proximité de leur résidence, que ces dernières ne connaissent pas ou n’utilisent pas nécessairement», explique l’une des éducatrices spécialisées de l’APHC, Jacinthe Jacques.

L’objectif de cette initiative, qui s’inscrit dans le cadre de la 23e Semaine québécoise des personnes handicapées se déroulant sous le thème Ensemble, bâtissons une société plus inclusive du 1er au 7 juin prochains, est aussi de mettre de l’avant les activités de loisir à caractère ludique, sportif, culturel, social ou thérapeutique qu’il est possible d’y réaliser.

Deux saisons de découvertes

Concrètement, neuf membres de l’Association des personnes handicapées de la Chaudière ont visité, à l’automne dernier et ce printemps, les parcs de l’Érablière, des Coteaux (jardin communautaire), des Sept-Chutes, Bélair (Arboretum), Caron, Pomerleau et Veilleux, de même que le centre sportif Lacroix-Dutil, la promenade Redmond et l’île Pozer.

Les participants ont testé les stations d’exercices du parc Veilleux.

«Nous avons expérimenté la marche et essayé des sports tels que le baseball, le basketball, la pétanque et le shuffleboard, en plus d’identifier les coins où nous pouvons pique-niquer, socialiser ou se détendre», indique une autre éducatrice spécialisée de l’APHC, Stéphanie Poulin.

À la suite de leurs promenades dans ces différents endroits, les principaux intéressés ont été invités à noter les particularités de chacun des lieux selon l’expérience qu’ils y ont vécue en ce qui concerne notamment l’accessibilité et l’appréciation globale des utilisateurs sur place.

«Ces témoignages visent d’abord et avant tout à sensibiliser d’autres personnes ayant une limitation fonctionnelle à s’approprier davantage le milieu de vie au sein duquel ils habitent et à repousser leurs limites», précise la directrice générale de l’Association des personnes handicapées de la Chaudière, Chantal Larivière.

Mario Busque a joué au basketball au centre sportif Lacroix-Dutil.

Un outil disponible en ligne

Notons que l’ensemble des observations qui ont été faites au cours des derniers mois ont d’ailleurs été rassemblées dans un document PDF sur le site Web de la Ville de Saint-Georges.

Pour y accéder, il suffit de cliquer sur l’onglet Administration, puis Intégration des personnes handicapées, et finalement Accessibilité des parcs.

Partager cet article

1
LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] À lire également : «Faire connaître l’accessibilité des parcs de Saint-Georges aux personnes handicapées» […]