Faire une différence dans la vie d’une jeune fille

Photo de Andréanne Huot
Par Andréanne Huot
Faire une différence dans la vie d’une jeune fille
Ginette Martel et Rosaly partagent les moments de leur vie quotidienne depuis déjà 10 ans. (Photo : gracieuseté)

Depuis une dizaine d’années, Ginette Martel est la marraine de Rosaly. Une jeune fille qu’elle a vu se développer et avec qui elle a développé une relation spéciale, le tout, initié par l’organisme Parrainage Jeunesse.

À lire aussi: Un jumelage constructif pour les enfants et les bénévoles et Parrainage Jeunesse: un coup dur pour les relations humaines

Être parrain ou marraine pour l’organisme amène un plus, autant pour l’enfant parrainé que pour le bénévole, selon Mme Martel. Si la pandémie a mis à mal le service de Parrainage Jeunesse, pas question pour cette bénévole de longue date de négliger le lien avec Rosaly qu’elles ont mis dix ans à construire.

Après avoir été approchée par son fils, Ginette Martel s’est tout de suite impliquée avec l’organisme. De plus, ça a bien fonctionné avec la petite fille de cinq ans, qui était sur la liste d’attente de Parrainage Jeunesse pour être jumelée à une adulte, qui est devenue tellement significative pour elle.

Si au départ, Mme Martel se demandait bien ce qu’elle pouvait apporter à cette enfant, cela a été de courte durée. « C’était tellement évident, s’exclame-t-elle! Je l’ai amenée se faire photographier, dans le temps chez Sears, avec mon petit-fils ». La photo est révélatrice. Alors que son petit-fils est tout sourire, Mme Martel voit une petite fille triste, cernée, qui ne sourit pas. « Immédiatement, j’ai su ce que j’allais amener dans sa vie. »

Ginette Martel montre la photo de Rosaly.

À force de faire plusieurs sorties avec Rosaly, de l’amener boire un chocolat chaud au restaurant ou de l’amener chez elle, Mme Martel commence à voir un changement chez la petite fille. « Un jour, je l’ai amenée manger au Château Frontenac. Et on peut voir la différence », indique-t-elle en montrant une nouvelle photo, cette fois où Rosaly est souriante et heureuse de cette nouvelle expérience.

Un amour partagé

Selon Mme Martel, ce qu’elle amène le plus à Rosaly, c’est une autre façon de voir les choses de la vie. Mais la relation n’est pas à sens unique. De son côté, Rosaly donne un regain de jeunesse à la grand-mère qui la qualifie de jeune fille allumée, très intelligente et déterminée.

Après dix ans, la relation entre les deux a beaucoup évolué. Aujourd’hui, Rosaly a un emploi et même si elle va toujours à l’école, la motivation n’y est plus. La pandémie a effectivement son rôle à jouer dans tout cela. Par contre, cela permet à Mme Martel, qui dans le passé était entrepreneure et chef d’entreprise, de lui donner des conseils, un coup de main ou des observations judicieuses sur le monde du travail. « Elle m’apporte ce qu’elle vit. Je peux l’aider dans les moments charnières de sa vie », ajoute Mme Martel.

Avec la pandémie, les rencontres sont plus rares et au téléphone « ce n’est pas pareil », se désole Ginette Martel.

Pas de fin à 18 ans

L’organisme Parrainage Jeunesse aide les jeunes de 3 à 17 ans. Par contre, pour Mme Martel, il est impossible que la relation s’arrête lorsque Rosaly aura 18 ans. Cette dernière entend continuer à aider la jeune femme, tant qu’elle continuera à s’instruire. Mme Martel a d’ailleurs laissé des instructions en ce sens à sa famille en cas de décès. « Je l’ai même mis dans mon testament », conclut-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires