Parti conservateur : Les engagements d’Éric Duhaime en matière de justice

Par Danny Lizotte
Parti conservateur : Les engagements d’Éric Duhaime en matière de justice
Le chef du PCQ, Éric Duhaime, accompagné notamment par son candidat dans Beauce-Sud, Jonathan Poulin. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Danny Lizotte)

POLITIQUE. De passage à Saint-Georges, le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a présenté 13 engagements en matière de justice. Il propose notamment une Charte québécoise des droits des victimes. Le candidat du PCQ dans Beauce-Sud, Jonathan Poulin, était à ses côtés lors de ce point de presse.

Les propositions sont regroupées sous cinq thèmes : soutien insuffisant du gouvernement et de ses institutions aux victimes, protection accrue des femmes en matière de violence familiale, amélioration de la sécurité dans les rues en s’attaquant aux gangs de rue et aux armes illégales, la santé mentale ainsi que l’exploitation des personnes mineures.

Charte des droits des victimes

Selon le PCQ, une Charte québécoise des droits des victimes permettrait à la victime de recevoir de l’information critique tout au long du processus. Elle pourrait réclamer des mesures de protection, notamment celles de protéger ses informations personnelles. La victime pourrait également témoigner en toute sécurité.

« Grâce à ses propositions, le Parti conservateur entend améliorer le système de justice pour les victimes d’actes criminels, les protéger efficacement, leur rendre justice et leur redonner confiance. Elles ne sont que le début d’une réforme pour leur assurer un support tout au long du processus. Elles ont droit à une protection adéquate et que l’on s’assure de leur sécurité physique », a déclaré M. Duhaime.

Violence familiale

Les conservateurs veulent adopter un registre des prédateurs sexuels dès la première année de leur mandat. Ils souhaitent aussi adopter une loi similaire à la Claire’s Law. Adoptée en Alberta en 2021, cette loi provinciale permet aux personnes qui se sentent à risque de subir de la violence domestique d’avoir accès au casier judiciaire de leur partenaire pour prendre connaissance si celui-ci a des antécédents de violence.

Le PCQ désire investir dans les services pour hommes violents en créant un réseau de centres de thérapie pour eux. Parmi leurs propositions, ils veulent que le gouvernement fédéral adopte une loi pour imposer le port du bracelet électronique pour les accusés de violence conjugale en attente d’un procès et pour ceux libérés d’une prison fédérale avec un niveau à risque élevé.

Sécurité dans nos rues

Concernant les ressources policières, les conservateurs croient qu’il faut continuer d’investir afin que les villes puissent endiguées la montée de la violence. L’embauche de 400 policiers additionnels pour la ville de Montréal fait partie de cet engagement.

Une autre de leurs propositions est d’interpeller le gouvernement fédéral afin que le Code criminel soit mieux adapté à ce type de violence par armes à feu et que des contrôles des armes illégales soient faits dans des territoires propices à leur transit.

Santé mentale

Le PCQ souhaite mettre en place un réseau d’hébergement communautaire pour les personnes atteintes de troubles mentaux à titre d’alternative à l’incarcération. Ils envisagent également de réallouer des ressources budgétaires pour mettre en place un financement suffisant dans le milieu communautaire afin d’assurer un suivi efficace des personnes remises en liberté et souffrant de troubles mentaux.

Concernant la Commission de santé mentale du Québec, ils veulent centrer sa mission sur la protection de la population et non sur la remise en liberté des personnes dangereuses reconnues non criminellement responsables de crimes graves.

Violence sexuelle

Les conservateurs envisagent de réallouer des ressources budgétaires pour soutenir les policiers qui se sont donnés un plan d’action pour contrer l’exploitation sexuelles de mineures. Ils veulent offrir des mesures de soutien aux victimes qui dénoncent leurs exploiteurs dans leur cheminement psychologique, social et professionnel.

Le PCQ souhaite offrir aux victimes des mesures de reconstruction afin que leur réinsertion sociale soit une réussite.

La CAQ en matière de justice

« Les délais ça n’a plus de bon sens. La culture du report c’est grave parce que ce sont des gens qui attendent pour être entendus. C’est leur cause, des fois c’est le drame de leur vie. […] On a eu un gouvernement provincial toujours en chicane avec le gouvernement fédéral. Le ministre de la Justice s’est même chicané avec la juge en chef du Québec. […] Il faut vraiment travailler avec nos partenaires », a répondu le candidat conservateur dans Beauce-Sud, Jonathan Poulin, à la question sur le bilan de la CAQ en matière de justice.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires