Incendie chez Royal Mat: pas de danger pour la santé des Beaucevillois

Photo de Andréanne Huot
Par Andréanne Huot
Incendie chez Royal Mat: pas de danger pour la santé des Beaucevillois
Les pompiers ont recouvert l'amas de pneus avec du gravier et de la terre afin d'éteindre le brasier.

Selon le Dr Pierre Deshaies de la direction de la Santé publique, bien que les résultats des analyses prises ce matin à Beauceville ne soient pas encore connus, les premières données «sont assez rassurantes».

Il reste des contaminants dans l’air, mais il n’y en a plus assez en quantité suffisante pour créer des problématiques et nuire à la santé des citoyens, mentionne lors d’un point de presse à l’hôtel de ville de Beauceville le Dr Pierre Deshaies. À moins, bien sûr, d’être directement sur les lieux de l’incendie, ajoute Éric Drolet de la Sécurité publique.

M. Drolet souligne aussi que présentement, il n’y a pas plus de contaminants dans l’air que lors d’un épisode de smog.

Le Dr Pierre Deshaies est en compagnie de Luc Provençal, d’Éric Paquet, de François Veilleux, Daniel Fortin et de la conseillère municipale, Marie-Andrée Giroux.

Toutefois, le maire de Beauceville, François Veilleux, demande aux citoyens de garder leur système de ventilation éteint jusqu’à nouvel ordre. «Notre but premier, c’est de protéger les citoyens et c’est pourquoi nous avons pris des décisions en ce sens depuis hier soir», ajoute-t-il.

Le chef du service d’incendie de Beauceville, Daniel Fortin, était présent à la conférence de presse malgré la nuit blanche. Il a indiqué que depuis 6h ce matin, on s’affairait à recouvrir de terre les pneus, ce qui mettra un terme à l’incendie. Selon lui, les pompiers en ont pour encore une heure et demie de travail. Le tout devrait être terminé aux alentours de 14h. Il ajoute que ce sont deux îlots de pneus, séparés par un mur coupe-feu, qui se sont enflammés dans la nuit. Les forts vents ont contribué à la propagation. La cause de l’incendie n’est pas encore connue.

Le propriétaire de Royal Mat, François Hardy.

Le propriétaire de Royal Mat, François Hardy, était aussi sur place. Il s’en est tenu à une seule déclaration, soit que l’entreprise respectait les normes du ministère de l’Environnement et que les îlots de pneus n’excédaient pas 1000 mètres carrés au sol. Il a dirigé les journalistes présents au ministère de l’Environnement, qui n’était pas présent, s’ils voulaient savoir s’il n’y avait pas lieu de resserrer les normes.

Le député cherche une aide financière

Le député de Beauce-Nord, Luc Provençal, affirme être en contact depuis minuit hier soir avec l’adjointe de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

Celui qui a été maire pendant neuf ans à Beauceville indique qu’un événement de cette ampleur est très onéreux pour une municipalité. «Juste pour nos pompiers, c’est environ 1 000 $ de l’heure et ça n’inclut pas l’entraide», explique Luc Provençal. Au minimum, l’incendie de Royal Mat coûtera à la municipalité entre 70 000 $ et 100 000 $. Cela n’inclut pas les pertes de Royal Mat ni les suivis qui devront être effectués dans les prochains jours, ajoute-t-il.

M. Provençal affirme qu’il évaluera avec la ministre si la ville ne pourrait pas être bénéficiaire d’une aide financière afin de ne pas faire un trou dans le budget.

À lire aussi: Incendie majeur chez Royal Mat à Beauceville et 3000 mètres cubes de pneus s’envolent en fumée chez Royal Mat à Beauceville

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des