Projet TRIOM: La RICBS doit revoir ses plans

ENVIRONNEMENT. La Régie intermunicipale du comté de Beauce-Sud (RICBS) devra revoir ses plans concernant le projet TRIOM. Après plusieurs mois d’attente, le ministère de l’Environnement ne croit pas que le procédé respectera les objectifs du plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) de Recyc-Québec, réponse offerte lors d’une rencontre qui s’est tenue le 28 novembre 2023.

« La réponse du ministère de l’Environnement, on l’a avalée de travers au départ. On croyait beaucoup à notre procédé, mais aujourd’hui, après réflexion, on l’accepte beaucoup mieux et on voit ça comme un défi. On souhaite continuer d’aller de l’avant. Il – le ministère – nous l’a dit, on est en avance sur plusieurs avec notre projet. Contrairement à ce que ça peut avoir l’air, TRIOM n’a pas été rejeté du revers de la main », mentionne Éric Maheux, directeur général de la RICBS. 

La problématique principale du projet TRIOM est que présentement aucun tri à la source n’est effectué à la RICBS, selon les propos rapportés par M. Maheux. « Le ministère et Recyc-Québec obligent les sites d’enfouissement à traiter les matières putrescibles et à ne plus les enfouir. Ils ont une seule façon de voir les choses et c’est de trier directement à la source. Ils craignent trop la contamination du compost traité et produit à la Régie. » 

Malgré la réponse négative du ministère de l’Environnement, le directeur général confirme que le projet est loin d’être mort. La RICBS analyse présentement les différentes options qui s’offrent à elle, mais l’ajout d’un tri à la source doit être dans les plans. L’ajout d’un bac brun est une autre alternative possible, mais n’a pas été dans les plans de la Régie et ne le sera pas non plus à court ou à moins terme pour le secteur de Beauce-Sud. L’utilisation de sacs de couleur, principe utilisé par la Ville de Québec est l’une des options qui semble faire le plus de sens, selon M. Maheux. « TRIOM va continuer d’exister, je vous le garantis. On a un beau projet en main. »

La RICBS ira prochainement en appel de candidatures, étape semblable à un appel d’offres, pour la deuxième phase du projet. « La première phase, la vitrine technologique, était un gros laboratoire où l’on traitait environ 2000 tonnes de matières par années. Maintenant, le gouvernement souhaite que l’on traite l’entièreté de nos matières, tout en respectant les exigences de Recyc-Québec. » Le conseil des maires de la MRC Beauce-Sartigan devra également accepter de poursuivre le processus de mise en place de TRIOM avec l’ajout d’un tri à la source pour voir le projet se concrétiser.