«Je ne donnerai pas des nananes avant une élection» – Samuel Poulin

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
«Je ne donnerai pas des nananes avant une élection» – Samuel Poulin
Samuel Poulin a effectué plusieurs annonces depuis le début de son mandat, dont une subvention à l’automatisation pour l’Usine Sartigan. (Photo : L’Éclaireur Progrès - Frédéric Desjardins)

Député de Beauce-Sud, Samuel Poulin estime que lui-même et la Coalition Avenir Québec (CAQ) ont livré un bilan sans précédent en seulement neuf mois au pouvoir.

«Mon premier rôle est de rester le député de Beauce-Sud. On a annoncé des investissements importants dès le départ, au lieu d’attendre pour donner des nananes juste avant la prochaine élection», dit Samuel Poulin.

Pour Saint-Georges, il cite la construction prochaine du complexe multisport et le doublement de l’unité de traitement du cancer à l’hôpital. Ailleurs dans la circonscription, Samuel Poulin a notamment confirmé la réfection de la route 269, à Saint-Honoré-de-Shenley.

«Il y a beaucoup à faire sur nos routes. Le secteur de Saint-Martin est une de mes priorités. On ne pourra pas tout régler en quatre ans, mais nous donnerons un solide coup de barre», d’affirmer Samuel Poulin.

La construction d’une salle de spectacle à Saint-Georges et le prolongement de l’autoroute 73 est dans ses plans. «Les résultats de l’étude sur le prolongement seront connus d’ici la fin de l’année», rappelle-t-il.

Commissions et jeunesse

L’Assemblée nationale recommencera à siéger le 17 septembre, mais des commissions parlementaires se sont déjà remises au travail. Samuel Poulin siège sur la Commission de la culture et de l’éducation, ainsi que celle touchant les relations avec les citoyens.

«On se penchera sur l’avenir des médias en région. Je travaillerai sur le dossier des maternelles quatre ans et les seuils d’immigration», précise-t-il.

Comme responsable du Secrétariat à la jeunesse, Samuel Poulin a annoncé que les sommes du programme Place aux jeunes en région (PAJR) passeront de 17,5 à 35 M$ sur cinq ans.

Samuel Poulin est l’un des adjoints parlementaires de François Legault. (Gracieuseté – Émilie Nadeau)

«On va laisser les MRC décider des projets à développer, mais elles devront travailler dans une perspective régionale et plus seulement pour leur territoire. Il faut sortir du cadre scolaire et moderniser les carrefours jeunesse-emploi», indique M. Poulin.

Main-d’oeuvre

Sur la pénurie de main-d’œuvre, Samuel Poulin soutient que la CAQ propose des solutions pour aider les entreprises.

«Je veux que les formations soient plus accessibles à l’École d’Entrepreneurship de Beauce. On investit dans la formation scolaire et l’automatisation. L’immigration n’est pas la seule solution», pense-t-il.

Samuel Poulin réplique ainsi aux critiques sur le Plan d’immigration du Québec, où la CAQ annonce une diminution de 20 % des nouveaux arrivants.

Dans cette veine, le parti a créé ARRIMA. Les personnes souhaitant immigrer au Québec, dans le Programme régulier des travailleurs qualifiés, doivent passer par ce programme.

«Les entreprises sont accompagnées par des conseillers économiques, pour voir quels types de travailleurs immigrants elles ont besoin. Les immigrants, on veut en prendre moins pour en prendre soin», conclut Samuel Poulin.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des