Jeux olympiques de Pékin: Marie-Philip Poulin part à la conquête de la médaille d’or 

Photo de Mathieu Fournier
Par Mathieu Fournier
Jeux olympiques de Pékin: Marie-Philip Poulin part à la conquête de la médaille d’or 
Marie-Philip Poulin après sa victoire à Sotchi en 2014. (Photo : (Photo L'Éclaireur Progrès - Archives))

HOCKEY. Âgé de 30 ans, la Beaucevilloise, Marie-Philip Poulin participera, du 4 au 16 février prochain, à ses quatrièmes Jeux olympiques en carrière. Toutefois, cette expérience unique à venir pour la hockeyeuse beauceronne ne s’est pas faite sans crainte et embûche.

À l’image de la majorité des sportifs en Amérique du Nord, Marie-Philip Poulin a dû mettre sa carrière de hockeyeuse professionnelle sur pause à quelques moments depuis le début de la pandémie. Plusieurs événements sportifs d’envergure, comme le Championnat mondial de hockey féminin, ont dû être annulés en raison de la COVID-19.

« Ça n’a pas été une année facile, autant physiquement que mentalement. J’ai essayé de trouver un moyen de continuer à m’entraîner à la maison en espace restreint, mais ce n’est pas toujours évident. Je m’estime cependant chanceuse de pouvoir participer à des camps, des entraînements ou des petites compétitions, même si parfois on pouvait être arrêté quelques semaines », souligne-t-elle.

 « On a vécu quelques pauses. J’ai pu guérir de petites blessures, mais présentement tout s’est remis en place et cet arrêt des activités est maintenant derrière nous », ajoute celle qui a été nommée meilleure hockeyeuse au monde à la suite d’un sondage mené auprès de joueurs de la Ligue nationale en 2020.

En mode préparation

À trois semaines des Jeux olympiques 2022 de Pékin, la formation canadienne a pris la décision d’annuler tous ses matchs préparatoires en Amérique du Nord. Présentement en bulle fermée à Calgary, Marie-Philip et ses coéquipières s’entraînent ensemble avec des mesures sanitaires plutôt strictes.

« On est dans une bulle fermée à temps plein, mais on est quand même capable de s’entraîner tous les jours. On doit toutefois garder le masque à temps plein, autant sur la patinoire que hors de la glace. On essaie de prendre toutes les précautions possibles pour s’assurer que tout se passe bien », explique la Beaucevilloise.

Toutefois, malgré les précautions, ce n’est pas sans crainte que la formation canadienne se prépare pour les Jeux olympiques. Notons qu’elles devront toutes présenter deux tests négatifs avant de se diriger à Pékin. 

« Je mentirais si je disais que personne n’a peur. La COVID-19 est très présente et on est toute consciente de sa propagation rapide. C’est pour cette raison que l’on demeure toutes très vigilantes dans nos déplacements et nos activités quotidiennes », indique l’une des plus grandes fiertés de la Beauce.

Un objectif bien clair

Jusqu’à présent, Marie-Philip Poulin a remporté deux médailles d’or aux Jeux olympiques. En 2018, à Pyeongchang, la formation canadienne avait terminé sur la deuxième marche du podium, mais la Beauceronne a terminé au quatrième rang des marqueuses avec six points en cinq rencontres. 

« Malgré tous ces accomplissements, rapporter la médaille d’or au Canada demeure mon objectif numéro un. Je n’ai aucun objectif personnel en allant à Pékin. On va aller jouer un match à la fois et donner notre maximum à chaque partie », mentionne l’Olympienne.

« Je n’ai pas encore pensé à l’après. Je vis vraiment le moment présent et je me concentre à 100 % sur les Jeux olympiques », conclut-elle lorsque questionnée sur son futur.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires