La course à pied se pratique également en hiver

Photo de Frederic Desjardins
Par Frederic Desjardins
La course à pied se pratique également en hiver
Daniel Drouin a observé une hausse d’intérêt pour la course hivernale chez sa clientèle. (Photo : L’Éclaireur Progrès – Frédéric Desjardins)

Faire de l’activité physique est bon pour le corps et l’esprit, particulièrement en ces temps difficiles. La course à pied reste un moyen accessible de garder la forme, même en saison hivernale.

« Durant la pandémie, les gens veulent bouger et découvrir d’autres sports. Il faut y aller à son rythme et avec le bon équipement », dit Daniel Drouin, copropriétaire de la boutique Chronocité à Saint-Georges.

Pour la course à pied en hiver, la pire gaffe est de porter des vêtements trop épais. « La température corporelle peut grimper de dix degrés supplémentaires pendant un exercice physique. Trop de sudation cause de la déshydratation et mouille les vêtements. Ce n’est pas une bonne idée d’être trempé dans le froid », mentionne M. Drouin.

Selon lui, il est préférable d’adopter la philosophie de l’habillement en oignon. Avec trois couches de vêtements spécialisés, on évite de surchauffer ou de geler son corps.

« Les sous-vêtements synthétiques évacuent mieux l’humidité. Pour s’isoler contre le froid, ça prend un manteau et un pantalon qui arrêtent le vent. La laine (polaire) et les fibres synthétiques sont également imperméables », explique Daniel Drouin.

Quant aux espadrilles, elles doivent posséder des crampons et une robustesse supérieure pour traverser les surfaces enneigées. « C’est l’équivalent de nos pneus d’hiver, mais dans les pieds », indique M. Drouin.

Choisir ses parcours

Nicolas Bélanger

Nicolas Bélanger, l’un des administrateurs du groupe Courir la Beauce, pratique la course hivernale de trois à quatre fois par semaine. Ses trajets varient de cinq à vingt kilomètres, selon les conditions extérieures.

« C’est une bonne course de maintien pour les gens qui font des compétitions le reste de l’année. Avec la pandémie, on voit plus de coureurs cet hiver. Ce sport est accessible à tous », affirme celui-ci.

Choisir ses parcours dépend de différentes conditions, comme la météo et le trafic. « On doit éviter les surfaces glacées, les fortes descentes et les rues très passantes. Il y a de beaux parcs aux allées déneigées pour courir. C’est aussi important de faire ses échauffements avant chaque course », rappelle Nicolas Bélanger.

Pour obtenir des conseils et discuter avec d’autres coureurs, les intéressés peuvent joindre le groupe public Facebook Courailleux/Courir la Beauce – Communauté.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires