La CSBE donne un coup de pouce financier au CUA

Photo de Andréanne Huot
Par Andréanne Huot
La CSBE donne un coup de pouce financier au CUA
Intelligent group of young school children all raising their hands in the air to answer a question posed by the female teacher, view from behind (Photo : La CSBE pourrait financer deux places au CUA en enseignement.)

La Commission scolaire de la Beauce-Etchemin (CSBE) offre une aide financière au Centre universitaire des Appalaches (CUA) pour le démarrage d’une cohorte au baccalauréat en éducation préscolaire et primaire.

La CSBE pourrait financer deux places afin que démarre une cohorte de moins de 25 élèves, le nombre requis par l’Université Laval pour partir un groupe. «L’objectif est de maintenir une cohorte à Saint-Georges, même s’il manque d’élèves, explique le directeur général de la CSBE, Normand Lessard. Le conseil des commissaires s’est engagé à financer l’équivalent de deux élèves par année, ce qui représente un maximum de 10 000 $ par an».

Si la situation perdure pendant les quatre ans du baccalauréat, ce sera un investissement total de 40 000 $. «C’est une assurance de maintenir un groupe ici à Saint-Georges. Et en même temps, c’est un signal assez clair qu’on envoie à l’Université Laval en tant qu’employeur potentiel», ajoute M. Lessard.

La CSBE souhaite acheter trois minibus

Normalement, une commission scolaire ne possède pas d’autobus. La CSBE a toutefois entériné une résolution demandant au ministère l’autorisation d’utiliser une partie des fonds du transport scolaire afin d’acheter trois minibus et ainsi régler plusieurs problèmes reliés au transport des étudiants. «C’est en lien avec les demandes particulières», précise M. Lessard.

Comme exemple, il note les élèves fréquentant les classes plus régionales comme à Saint-Georges et Saint-Joseph qui reçoivent les jeunes d’un peu partout sur le territoire. «On veut éviter les retards et les trop nombreux transferts afin de ne pas pénaliser les élèves dans leur temps-école», ajoute M. Lessard.

Ces minibus seraient financés à même les allocations que reçoit déjà la commission scolaire pour le transport. Ce n’est pas de l’argent additionnel demandé au ministère. Le coût annuel pour le fonctionnement, le carburant et le chauffeur est de 126 000 $ par an.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des