La mise en marché collective comme possible solution

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
La mise en marché collective comme possible solution
La mise en marché collective du bois de sciage pourrait être une solution pour assurer un certain prix aux producteurs. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Sébastien Roy)

La mise en marché collective du bois de sciage pourrait assurer un meilleur revenu aux producteurs selon le président de l’Association des propriétaires de boisés de la Beauce, Éric Cliche. Toutefois, ce dernier croit que cette volonté doit venir des producteurs eux-mêmes.

À lire également : Des producteurs de bois de sciage frustrés par les prix de vente

En 2017, l’Association avait sondé ses membres sur l’instauration d’une mise en marché collective pour le bois de sciage. « Les résultats étaient cependant trop serrés pour que nous puissions instaurer un plan conjoint dans ce secteur », mentionne le président de l’APBB.

« Sans régler tous les problèmes, la mise en marché collective permet d’avoir un meilleur prix de manière générale pour l’ensemble des producteurs et que ces derniers soient sur un pied d’égalité. De l’autre côté, cela garantit un meilleur approvisionnement et une meilleure qualité pour les scieries », soutient M. Cliche. De plus, cela aiderait à mieux organiser le transport du bois vers les moulins.

M. Poulin n’est pas le seul producteur à être frustré par la situation. L’APBB a reçu plusieurs appels d’autres producteurs qui ressentent la même chose. « On sent que les producteurs sont frustrés et qu’ils se sentent davantage concernés par la situation », affirme M. Cliche.

L’Association compte donc demander à nouveau à ses membres si ceux-ci veulent la mise en place d’une mise en marché collective lors des assemblées générales annuelles (AGA), qui auront lieu les 21 et 27 avril par Zoom.

« Nous voulons que le plus de personnes possible y participent pour véritablement prendre le pouls de nos membres. On ne peut pas prendre des décisions aussi importantes avec seulement 50 ou 60 personnes », insiste M. Cliche qui aimerait avoir 200 à 300 participants.

De plus, il y aura des assemblées d’information les 30 et 31 mars. « Les producteurs auront le loisir de donner leur opinion et de partager leurs frustrations et leurs inquiétudes. Ces assemblées vont nous permettre d’avoir une orientation pour nos AGA », ajoute-t-il.

Précisons que l’APBB ne peut organiser de mise en marché collective en ce moment selon ses règlements. C’est pourquoi le sujet doit d’abord être abordé en assemblée générale.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires