La relance de l’économie au coeur des discussions lors du Rendez-vous régional de l’UMQ

Photo de Sébastien Roy
Par Sébastien Roy
La relance de l’économie au coeur des discussions lors du Rendez-vous régional de l’UMQ
Le maire de Saint-Georges, Claude Morin. (Photo : L'Éclaireur Progrès - Sébastien Roy)

Les maires des municipalités membres de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et la présidente de celle-ci, Suzanne Roy, se sont réunis pour discuter des actions possibles afin de relancer l’économie malgré la pandémie de COVID-19 dans le cadre des Rendez-vous régionaux de l’UMQ.

Le projet de loi 66 qui propose d’accélérer certains projets d’infrastructures a été au cœur des discussions. « Nous nous sommes proposés en faveur. Ce peut être très long quand nous voulons faire des projets », mentionne le maire de Saint-Georges, Claude Morin, qui est aussi le président du caucus régional de Chaudière-Appalaches de l’UMQ.

Celui-ci a donné l’exemple de l’espace Carpe Diem. « Il nous a fallu trois ans avant d’avoir le certificat d’autorisation [du ministère de l’Environnement]. Cela engendre des coûts supplémentaires. Pour l’espace Carpe Diem, cela nous a coûté 500 000 $ de plus que ce qui était prévu », indique-t-il.

Il a aussi été question de la persévérance scolaire au cours de la rencontre. Les élus craignent une augmentation du décrochage scolaire, alors qu’un nombre grandissant d’élèves et d’étudiants doivent suivre leurs cours à distance.

Selon les maires, certains d’entre eux ont plus de difficulté à rester motivés et pourraient être tentés d’arrêter leurs études et de joindre le marché du travail. À long terme, il y aurait donc moins de travailleurs qualifiés. « Nous avons demandé à l’UMQ de mettre la pression sur le gouvernement pour qu’il fasse la promotion de la persévérance scolaire », ajoute M. Morin.

Un plaidoyer en faveur des restaurants

Les élus se sont aussi prononcés en faveur de la réouverture des restaurants à compter du 29 octobre. « Ils ont été beaucoup pénalisés. Ils ont fait des efforts, ils ont modifié leur restaurant pour rouvrir et ils ont dû fermer à nouveau. On espère que la restauration va pouvoir rouvrir », indique le maire de Saint-Georges.

« De l’autre côté, il faut être plus sévère si certains ne respectent pas les mesures. Il ne faut pas généraliser la situation s’il y a deux ou trois récalcitrants. Punissons les récalcitrants et non tout le monde », poursuit-il.

Une rencontre appréciée

Selon M. Morin, les maires ont apprécié la proximité que la réunion leur a permis d’avoir avec la présidente de l’UMQ. « Les maires ont pu faire part de leurs doléances à Mme Roy. Nous n’avions pas les réponses à nos questions tout de suite, mais au moins, nous avions le sentiment de nous faire entendre », affirme-t-il.

Les élus contactés par le maire de Saint-Georges se sont tous dits intéressés à tenir à nouveau ce genre de rencontre virtuelle. « Ça se fait très bien en ligne. Tout le monde est dans son environnement, dans son bureau », conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires